jeudi 30 mars 2017

Au jardin


Un banc en plein vent 
Oublié peut-être un livre posé ouvert 
frémit frissonne de toutes ses pages
Et 
les mots s'évaporent 
dans l'air ambiant 

6 commentaires:

  1. c'est le poème du livre blanc, et des pages que l'on pourra remplir, encore et encore

    RépondreSupprimer
  2. Quand le livre vidé devient cahier vierge !

    RépondreSupprimer
  3. L'évaporation des mots renouvelle l'air ambiant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui et l'air ambiant actuel
      assez irrespirable
      exigerait un peu de
      sublimation !

      Supprimer
  4. Retomberont sans doute, transformés et interchangés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se redéposer
      se redéployer
      poussière future

      Supprimer