mardi 14 février 2017

La septième rime



Me gardant avec soin de l’épopée sublime
J’éviterai la métaphore maritime
Agencer l’infime sera mon but ultime 
Ma cordée de mots enchaînés joindra les cimes

Cherchant là l’incroyable rime richissime
Ou mieux encore inédite, la rarissime
Et surtout ne pas rater la septième rime
Encalminée  en une maxime minime 

Poussive à n’en pas tirer un petit centime
Sonore tel un vain et verbeux verbatim 
Et gare aux pousse au crime si ça s’envenime :

Chanter pour un sonnet les matines, quelle frime !
-Suffit que je monte en régime je m’escrime
En un dernier effort pour ne pas finir …mime !

12 commentaires:

  1. du régime des rimes, vous avez la prime ;)

    RépondreSupprimer
  2. Mais qu'est-ce que nous rîmes à la lecture de ce sonnet ! Nous en rions encore.

    RépondreSupprimer
  3. Sept fois deux, quatorze
    ce n'est pas un crime
    pour les Valentin, Valentine
    de n'être point pusillanime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah laissons là les questions intimes !
      ;-)

      Supprimer
  4. paul(A derniere de cordée)15 février 2017 à 06:49

    la rime des cimes arrime le silence
    rarissime c'est bien le drame
    l'alpoète trime et rame

    RépondreSupprimer
  5. Encalminé, ou accalminé plus rare paraît-il, de bien jolis nouveaux mots dans mon vocabulaire...minime?
    Très très réussi, aucun doute!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aurais-tu découvert l'enzyme
      qui synthétise les synonymes ?

      Supprimer
  6. Saisie, en le lisant, de déprime en abîme
    Ce sonnet, je l'affi(r)me, est un vrai pousse-au-crime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne plaide pas coupable et rappelle la présomption d'innocence...

      Supprimer