samedi 10 décembre 2016

Lost 2


Perdu.
Le personnage principal avait perdu son auteur.
Un drame en plein milieu de l’histoire prévue pour raconter ses plus beaux exploits. 
Etait-ce une fuite de l’auteur, faux frère ou mauvais père, lâchant lâchement son personnage en rase campagne, en une vile mesure de rétorsion pour lui faire payer d’être toujours tellement plus fort et tellement si mieux que lui ?
Etait-ce une velléité d’indépendance, de liberté qui l’avait saisi, un pied de nez décoché au héros par celui qui tient les manettes mais se sait condamné à produire trois cents pages ?
Ou rien de tout cela ?

Cette perte de l’auteur, quelle qu’en soit la cause, avait notablement égaré le personnage principal, occasionnant des effets secondaires.
Troublé dans sa chair de héros indomptable et surpuissant, il n’avait -ironique paradoxe – aucunement l’habitude d’être totalement livré à lui-même. Cela le laissait désemparé.
Il se questionnait. Et si l’auteur avait été victime d’une mauvaise chute ?

Faisant le point, il se pencha sur le chapitre 7, en cours d’écriture.
Le héros rabougri y ramassa trois mots épars, un rebondissement et deux péripéties, surpris qu’ils ne lui évoquent rien.
Déambulant dans le récit, il quitta distraitement la marge en page 86, en un pas de côté presque fatal : il chuta lourdement.
Se frottant les coudes, réajustant son casque, le héros remonta sur son cheval en prenant appui sur la reliure. Cela ne le remit ni en selle ni en piste pour trouver la moindre trace de l’auteur perdu.

Le héros poursuivit malgré tout son aventure, devenue un étonnant parcours sans histoire.
Sa quête prenait un tour étrange, le sentiment tenace de tourner en rond ne le quittait plus, ne sachant plus que faire ou décider, privé des indices les plus élémentaires. Il ne savait plus où il allait.

L’inattendu pourtant se produisit.
Le héros parvint au bout du chemin non sans avoir observé certains phénomènes. Momifications, destructions, paroles tronquées, lieux improbables… Des personnages manquaient, certains surgissaient de nulle part, le personnage principal devenait de plus en plus inquiet pour son statut.
C’était comme si l’informe avait surgi d’une lame de fond, comme si les éclipses de lune était permanentes, comme si la ligue de l’improvisation avait pris le pouvoir dans le brouillard du roman.
  
Le personnage principal se changea peu à peu en héros malgré lui, acceptant sa destinée plus qu’incertaine, renonçant à éclaircir le mystère en contemplant les chapitres inachevés désespérément vierges. 
Il expédiait sans fin les affaires courantes.
Il se résolut à ne pas nommer son cheval

8 commentaires:

  1. C'est un sujet très original et originalement traité qui peut faire, à lui tout seul, la trame d'un roman à deux voix! Superbe idée traitée avec style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux voix certes, mais je ne dispose pas du souffle suffisant pour un roman ! Et merci Alezandro.

      Supprimer
  2. J'ai lu lost 1 ce matin, et ai réservé pour plus tard mon commentaire. Me croiras-tu si je te dis qu'en ouvrant ta page il y a une minute (l'idée du romancier qui perd son héros ayant fait son chemin dans ma petite tête) je m'apprêtais à laisser un mot du style "ne serait-ce pas le héros qui a perdu son auteur ?".
    Et pan, lost 2. J'aime les interférences, jamais ce blog ne m'a paru aussi bien nommé ........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je présume que tu n'as pas pensé à Lost 3 ?
      Moi non plus d'ailleurs !

      Supprimer
  3. un changement de point de vue bienvenu. J'aurais presque envie de me piquer au jeu et de faire un lost 1 et lost 2 ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il importe que toutes les parties soient entendues !

      Supprimer
  4. Ah ça je me suis amusée à tenter de suivre ton héros sans auteur, suivant une non-histoire et ... s'y trouvant très bien, lui-même et lui seul... Belle entourloupe :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu d'autonomie bienvenue en effet !

      Supprimer