samedi 19 novembre 2016

Quand ça rame




Génial
J’ai rien capté
Moi non plus
T’es sûr qu’il a dit ça
Le weekend s’est bien passé chez ta mère
Bon ben à toute on se retrouve à 21h
Je suis en chemin là
Oui
Salut c’est moi

Sympa comme idée

C’est toi maman
C’est pas ce qu’il a dit

Alors là tu vois

D’accord à vendredi
Oh putain pas lui
Ça fait une semaine qu’il est malade

Intermè®de

L’enfer c’est les autres ?

Pourtant…
Va je ne te hais point
De la musique avant toute chose
O temps suspend ton vol
Heureux qui comme Ulysse
Le petit chat est mort
La terre est bleue comme une orange
Et rose …
(L’ouverture automatique des portes dans les transports en commun

signale  la station.

Permet d'autres arrêts. 


Un progrès.

Une délivrance parfois.)
…elle a vécu
Demain dès l’aube
Il faut cultiver notre jardin…

10 commentaires:

  1. Alors ça, c'est un "poème de métro" (ou de tram ?) qui dépasse toutes les attentes de Jacques Jouet lorsqu'il a lancé cette forme...
    Merci pour ce magnifique chuchotis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'irai lire ça, mais les lectures jouetiques me transportent déjà !

      Supprimer
  2. "si soudain , qui l'aurait cru"
    "les nerfs, les cigarettes, je le lui avais bien dit"
    "pas mal , merci"
    "déballe ces fleurs"
    "son frère aussi est parti du cœur, c'est de famille"
    "barbu, je ne vous aurais pas reconnu"
    "que voulez vous, toujours à se mêler de"
    "le discours, c'est le nouveau, mais où est-il passé"
    "Casimir à Varsovie, Tadeusz à l'étranger"
    " toi au moins tu es futée, t'as pris ton parapluie"
    "deux pièces en enfilade, jamais elle ne voudra"
    "oui, il avait raison , mais Est-ce une raison?"
    "avec la peinture des portes, devine combien?"
    "deux jaunes , une cuillerée de sucre"
    .....
    "ça nous arrivera à tous"
    "dites un mot à la veuve, moi je dois...on m'attend"
    "prends le quatre ou le douze"
    "moi par ici"
    "nous par là"


    Extrait de Enterrement, W.Szymborska

    RépondreSupprimer
  3. à quoi bon lire dans le métro quand les nouvelles s'écrivent à voix haute sous nos yeux ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je persiste pourtant dans mon tram !

      Supprimer
  4. "je ne sais quelles gens" page 106 !

    RépondreSupprimer
  5. Je vois d'ici Corneille, Ronsard, Lamartine, Du Bellay, Éluard, Renaud (cherchez l'intrus) suspendus à leur smartphone dans le compartiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah elle aurait belle allure cette rame lancée dans une faille temporelle !

      Supprimer