dimanche 30 octobre 2016

L'as des radis invendus-6








2 commentaires:

  1. Je suis certaine que l'auteur de ce roman trinque souvent au café du coin avec un verre de blanc à la main. Il sait que moins on en dit, plus on en dit et que les silences valent mieux que des phrases alambiquées. La page 119 en est un bel exemple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne vous échappe !
      Et ce suspense intenable qui va grandissant

      Supprimer