jeudi 1 septembre 2016

Un été




Terminée, la fermeture annuelle.
Fin de l’échappée belle.
Soixante-cinq jours moins un (cf. billet sans mot du 6 juillet)… c’est la durée de la pause des Interférences.

Au moment de reprendre le fil ici, l’idée m’est venue de noter dans ce billet de retour
quelques mots /notations filigranes/ de ce que j’aurais pu écrire si … j’en avais eu le projet, ou l’idée, ou l’envie,ce qui ne fut pas le cas.

Voici ce que je n’ai pas écrit 
« Un  été */ où j’avais atteint largement mes quatorze ans,/j’avais donné rendez-vous à… » personne !

Insupportable,
A Nice certains sont morts deux fois, fauchés aussi par l’indécence politique,
Relatif,
Les JO, événements qui n’en furent pas du point de vue de notre galaxie personnelle,
Flegmatique et opiniâtre,
Telle la complainte du bricoleur dans sa salle de bains qui laisse vagabonder ces pensées avec la vie intérieure supposée que j’ai prêtée à chaque carreau prêt à se faire coller au sol, au mur et résistant parfois avec aplomb à l’équerrage…
Personnel et familial,
fêter par exemple des anniversaires, en des moments très bons et très doux
et beaucoup nos filles furent là
Inhabituels
Juillet et août en comparaison des quelques années précédentes : aucune réception, vu et visité personne, mais nos filles présentes toutes trois ensemble ou tour à tour et seules ou accompagnées…
Précieux
Ce temps passé et partagé avec elles.
Et puis,
Superbes huit jours à deux en Bretagne au pays des abers
Au nord de Brest

Obligé le détour par Portsall et l’Amoco Cadiz, Caradec 


Emouvant
de voir l’invisible ligne de partage des eaux Atlantique /Manche 


Inoubliable 
la journée à vélo à Ouessant
Généreux et réussi,
Le cadeau de nos filles dans un restaurant à Brest pour notre anniversaire. Gâtés. Une merveille.





Surprenante et impromptue
Le pont du Diable le 12 août la rencontre avec six accordéonistes en répétition audibles mains invisibles dans un sous-bois et qui, « dénichés par nos soins », nous ont joué un morceau… merci, amis !

Tranquilles
Nos promenades sous le soleil le long des côtes rocheuses magnifiques



Retour et puis
Immenses
le talent et la musique de Louis Sclavis et son ensemble « Loin des Terres » samedi 28 août aux Rendez-Vous de l’Erdre

Diverses et emballantes,
les choses auxquelles nous nous sommes attachés en ce temps estival qui s’est progressivement révélé un très bel été de vacances.



 * décalque des premières paroles de Un été de Claude Nougaro.

10 commentaires:

  1. Des bribes aux doux contours. Bonne arrivée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ça.
      Excellente période en continu avec des moments plus forts ou plus saillants.

      Supprimer
  2. Bon retour ! Contente de te retrouver après cet été qui donne une impression apaisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Ce fut le cas,actif et paisible.

      Supprimer
  3. L'été, des fragments comme des nuages dans le ciel, et le retour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire une sorte de beaux accomplissements dans les nuages.

      Supprimer
  4. Une douce mélodie d'accordéon qui accompagne chaleur familiale et douceurs...contente pour toi/vous, contente de te retrouver aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Colo et sentiments partagés !

      Supprimer
  5. Après un tel retard à l'ouverture, il va me falloir du temps pour revenir à jour ici.
    Je lis et vois le pointillé de belles vraies vacances : merci déjà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais rien ne presse cher Christw, et le temps il faut le prendre et puis voilà.

      Supprimer