lundi 6 juin 2016

Les aventures du mois de juin


Chères à ce cher Desproges, j’y ai pensé en constatant qu’une nouvelle fois, le mois de juin est là, et que nous ne l’avons pas vu débarquer*.


Sera-t-il si aventureux que cela, c’est une autre affaire ou cela reste à prouver.
Mais ce n'est pas tout...De fil en aiguille, reprisant ainsi mes pensées, j’ai donc déduit qu’ici-même après quelque trois ou quatre billets (allez, peut-être cinq) ce sera la pause estivale, avec le duo infernal « juillet-août » qui exécutera son célèbre numéro de duettistes de mimes en duo à deux. 

Pas de réservation, placement libre.







*hommage

12 commentaires:

  1. Cher Indiana K, je t'avoue qu'à première lecture et un deuxième café , je ne comprends pas l'allusion à Desproges...je ne sais pas si je vais être autorisée à passer en classe sup" :-)

    RépondreSupprimer
  2. Le titre de ce billet est aussi celui d'une des "chroniques de la haine ordinaire"

    RépondreSupprimer
  3. Aussi perplexe de paul(A), une rapide recherche a donné ceci:
    "Le mois de juin est autrement gracieux. En juin, les jours sont longs et blonds comme les nubiles scandinaves aux seins mouillés qui rient dans la vague jusqu’à la minuit. En juin, au marché des pêcheurs, on ne se piétine pas encore : on flâne. Derrière le port, la tomate-cerise est pour rien à l’étalage de la maraîchine. On la croque au sel sur le sable avec une branche de basilic et un verre de vin blanc de Brem glacé."
    Extrait, comme tu le dis, de Chronique de la haine ordinaire.

    Vite trouver des tomates-cerises...;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je milite de mon côté ardemment pour les cerises-tomates.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Pas mal, un peu crypté certes mais bien.
      ;-)

      Supprimer
  5. Cerises : elles arrivent (les vraies) - vu un magnifique arbre croulant sous les fruits, ce dimanche.
    Tomates : hélas, cher Desproges, inoubliable parisien : asteure y a que des hors-sol ou de l'Espanole à 90% d'intrants ! Désolée pour la douche de réel. Mais juin, juillet, août, eux, sont bien en place et l'été est annoncé pour le 21. Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer
  6. Pareil pour la croulitude...un arbre pas loin, oui ça vient !
    Et les tomates on attendra un peu au potager of course !

    RépondreSupprimer
  7. vite un mois de juin à la Desproge !
    Mais que comprends-je ? Court circuit programmé sur les Interférences pendant deux mois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après mes prévisions, juin sera peu desprogien.
      Quant à juillet-août, ce sera muet, oui !

      Supprimer
  8. Le numéro du duo : on espère pas d'annulation pour intempéries.
    Nous avons les places depuis l'hiver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En appelant à ce numéro, attention, les mimes ne répondront pas ;-)

      Supprimer