samedi 14 mai 2016

CENT-QUaRANTE

 
Après tant de combats menés sans relâche sans autre idée première que de sauver sa peau,
il s’effondra, rejouant moins le repos du guerrier que le sabre et le roupillon.

(140-26)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire