samedi 5 mars 2016

Printemps des poètes

Printemps des poètes
Il n’est pas trop tôt
Prête-moi poètes
Pour chanter les mots

J’enfile mes chaussettes
Pour arpenter le beau
Croiser gypaètes
Et bien sûr les mots


Forme sélénet / Option : à fredonner sur « au clair de la lune » ça marche chez moi et de toutes façons il pleut déjà. 

A compter d'aujourd'hui, jusqu'au 20 mars, partage d'une publication quotidienne...
Premier envoi dans la journée. 
A bientôt,  peut-être ?

Mise à jour à la mi-journée (euh ... c'est normal ?) :
L'idée évoquée en commentaire par paul(ah) m'avait effleuré ce matin mais je suis resté imprécis. 
1. Je publierai chaque jour un texte d'un auteur.
2. Et si d'aventure, comme paul(ah) le suggère et l'a fait (et comme le faisait penser mon petit texte écrit en préambule), des contributions arrivent, je les incorpore, sachant que je vais "dérouler" par épisodes mon petit clair de la lune...
Ce sera notre printemps si vous voulez bien. 
J'ouvrirai une page spécialement que je mettrai à jour avec les contributions. 
  

4 commentaires:

  1. De la forme n'ai cure
    pourvu que chantent les mots !
    j'aime ces mêli- mêlo
    et leur jeu c'est sûr.

    ( c'est bien une invitation à jouer?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. paul(ah)>
      Tu as la réponse dans la mise à jour !
      Bien joué ;-)

      Supprimer
  2. Le sélénet, forme de sonnet dont l'inventeur serait (les sources divergent) soit Robert Rapilly soit Gilbert Farelly (cf. éd. Ichthusson 1960), est d'habitude exigeant en termes de métrique. Pour le chanter à l'aise, il faut jouer en master pro de la diérèse ou de la synérèse, ou alors user de la licence poétique bien connue qui consiste à élider les pieds en trop par une apostrophe :

    "J’nouvre pas ma porte
    A un p’tit sorcier,
    Qui porte la lune
    Dans son tablier."
    Jean-Baptiste Weckerlin, Chansons et rondes enfantines, Paris, Garnier,‎ 1870

    Après on fait bien c'qu'on veut, hein. Mais ça balance plus ou moins ;-)

    Ce que j'en rapporte
    C'est pour en causer
    Car d'où qu'on le sorte
    Se laisse chanter

    Pas à voix trop forte
    Mais à fredonner
    Chanson bien accorte
    C'est un sélénet...

    Plus ici :
    http://zazipo.net/+-Selenet-+
    http://robert.rapilly.free.fr/index.php/Selenets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'ajoute et les liens j'y suis allé!

      Supprimer