samedi 26 mars 2016

Passants

L’étranger
– Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
– Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
– Tes amis ?
– Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
– Ta patrie ?
– J’ignore sous quelle latitude elle est située.
– La beauté ?
– Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
– L’or ?
– Je le hais comme vous haïssez Dieu.
– Eh ! qu’aimes -tu donc, extraordinaire étranger ?
– J’aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !
Charles BAUDELAIRE In Petits poèmes en prose (1869)

6 commentaires:

  1. Un texte-poème lu et relu avec toujours le même plaisir ouaté et mouvant.

    Parlant de nuages, cette phrase de Brel en 1971 lors d'une interview.
    "Quand je ne chante pas, je fais de l'avion, ou j'en rêve. Ce qui est beau, c'est de faire du rase-mottes dans les nuages. On trouve des routes, on suit des avenues, on se perd..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo.
      Se perdre...
      Je me contente de faire ça à pied !
      ;-)

      Supprimer
  2. Nuages
    W. Szimborka


    La description des nauges
    exige de faire diligence
    en une fraction de seconde
    ils ne sont plus eux, ils sont autres

    Leur trait principal consiste
    à ne jamais reproduire
    ni formes, ni teintes, ni poses, ni dessins.

    Jamais porteurs d'aucune mémoire
    légers, ils survolent la gravité des faits.

    Témoins de quelque chose- vous voulez rire!
    au moindre souffle, voilà qu'ils s'éparpillent.

    en regard des nuages
    la vie semble solide,
    presque enracinée, quasi éternelle.

    A côté des nuages
    les pierres sont nos sœurs,
    nous pouvons compter sur elles,
    alors qu'eux: des cousins lointains et volages.

    (je ne sais quelles gens p137


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une pure beauté, celui-ci !
      MERCI.

      Supprimer
  3. Ah les merveilleux nuages de ce cher Baudelaire. Poème en prose mais presque une mélodie, on en chanterait ! Merci pour cette réminiscence en forme de nuées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien réminiscer.
      Plus que nostalger.
      ;-)

      Supprimer