mardi 1 mars 2016

Nom de code Charlemagne

C’est l’espion qui venait du trois.
Pour accomplir sa mission, il disposait de noms d’emprunts – la plupart à 4 %- qui lui allaient comme une boîte à gants. Vraiment pas sport, disaient ses ennemis mais pas de quoi casser trois pattes à un connard.
Il savait se faire distrait, c’était un véritable chat d’eau qui savait rester dans Londres. Il en connaissait un crayon pour tirer les barons du feu. 
A quoi reconnaît-on qu'on en a pour son agent, double ou même triple  ?
Dans les missions les plus délicates, il n’est pas de ceux que les calamités gênent, et il ne fermera pas les œufs. Et quand les esprits s’échauffent, ou quand les fantômes se préparent, ce qui revient au même, il trouvera toujours le ballon d’Achille pour s’en sortir sans encroches ni anicombres.  
Lorsqu’on marche sur des yeux, les deux font la peur.
Notre homme se souvient encore, ému, de l’affaire de l’aviateur qui avait perdu son espadrille, ou bien des 39 faux vacanciers disparus dans le triangle des bermudas et du quarantième réjouissant, et ne parlons pas du caisson pour un champion à la fin d’une course de cheveux.
De ce point de vue, la cerise sur le bateau, ce fut Charlotte Holmes (la fille cachée la moins futée de …) lorsqu’elle cherchait la montre du Loch Ness.
Bref une sacrée collection de timbrés.
Si l’espion a une malchance qui l’amène à se retrouver régulièrement dans de beaux bras, il relève toujours le banc. Il reste en toute circonstance en pleine procession de ses moyens.
Il possède toujours une botte secrète, c’est beaucoup plus sûr quand on ne retrouve pas ses chaussures.
Il ne renonce pas, jamais, et quand il dit qu’il s’est rangé des voitures, comprenez qu'il est juste garé au parking. 
Vous le verrez rarement sortir de ses gongs,  il ne prend pas la mousse, et vous ne le surprendrez pas en train de souffler dans les tronches. C’est toujours à mouches fleurées.  Comme on dit, on ne fait pas voir Cézanne s’il n’a pas soif.
Non, il préfère regarder le silence.
Mais je ne vous jette pas la bière et n’aggravez pas vodka.
Dieu reconnaîtra les chiens.

20 commentaires:

  1. une véritable perle ! j'admire je me marre j'adore ! Incapable je suis d'écrire sur ce mode :-( Beaucoup de "must", mais je retiens Cézanne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le coeur t'en dit, voici ici-même quelques méfaits passés, je plaide coupable évidemment
      :
      http://numberk.blogspot.fr/2014/12/cirer-le-portrait.html

      http://numberk.blogspot.fr/2014/10/acrobaties-chromatiques.html

      http://numberk.blogspot.fr/2014/09/sauter-du-coq-en-platre-au-bonnet-dane.html

      http://numberk.blogspot.fr/2014/05/ne-pas-perdre-le-film.html

      http://numberk.blogspot.fr/2014/02/preparatifs.html

      http://numberk.blogspot.fr/2013/05/vraisemblable.html

      http://numberk.blogspot.fr/2013/05/probable.html

      http://numberk.blogspot.fr/2013/05/possible.html

      Supprimer
  2. Ici, plus ailleurs, emporté par le dé-lire, on oublie que l'espion, mis en échec, se sacrifie pour son roi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "plus qu'ailleurs"
      – J'allais le dire.

      Supprimer
    2. Normalement, les feux d'artifice c'est le 14 juillet, non ? Ah ben merci, Mr K, on va de rire en éclats (pendant que l'espion va de Caraïbes en passant par Le Cheylard).
      Reçu ce jour le "Coeur à 3 heures du matin", l'ensemble du bouquin tient largement les promesses des deux extraits que tu nous as donnés, c'est magnifique (et bilingue, cerisier sur le toit de la pâtisserie).

      Supprimer
    3. yves 1 > un russe, sûrement.

      Supprimer
    4. yves 2 > moi aussi, mais souffler n'est pas jouer.

      Supprimer
    5. la Taulière de 0,5 à 1 > content que apprécies à sa juste mesure ce "Coeur..." Effectivement, magnifique, une sacrée trouvaille.

      Supprimer
    6. La Taulière de 0 à 0,5 > Y a plus de raisons, ma bonne dame, c'est pour ça ce 14 juillet fevrillétisé.

      Supprimer
  3. Morte de rire, fantastique, K ! Merci, je le diffuse illico.
    (Le poème de Bakowski, c'est bien dans "Le cœur à trois heures du matin" ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bel enthousiasme Tania. Merci, ça fait chaud au coeur.
      Oui pour Bakowski.

      Supprimer
  4. Tu t'es surpassé, je me marre tout haut!
    "à mouches fleurées", mais où vas-tu chercher ça?:-)) Super.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo, content de que tu marres !
      A mouches fleurées vient de l'expression "à fleurets mouchetés" que j'ai fait passer dans la centrifugeuse mentale qui me sert à écrire ces inepties !

      Supprimer
  5. superbe! je suis tout à fait admirative!
    (merci encore pour le tuyau, Tania :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne et merci Tania, bien sûr.
      Merci aux techniciens. Euh non.

      Supprimer
  6. Oh la la... j'en ris toute seule! Un tour de force vraiment savoureux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Edmée, merci et je dirais plutôt un tour de farce... (euh...forcément )!

      Supprimer
  7. Tous > Ultime révélation, code Charlemagne car c'était le billet numéro 800 !

    RépondreSupprimer
  8. Des chiffres et des lettres (facile, mais c'est dimanche ;-)

    RépondreSupprimer