dimanche 13 mars 2016

Flux et reflux

L’impression est bonne
Et le livre ouvert

Les têtes sont pleines
Et les histoires oubliées

La voie est libre 
Et la peinture abstraite

La critique est aisée
et le boulevard périphérique 

La confiance est aveugle
Et les variations saisonnières

La trêve est suspendue
Et la formule chimique  

Les pieds sont plats
Et la géométrie variable

Les frontières sont poreuses
Et les voyageurs immobiles

Les murs sont lézardés
Et les déserts médicaux 

La mer est ronde
Et la Terre salée

La faim est justifiée 
Et le contrôle technique 

La parole est belle 
Et la promesse vaine 

La porte est ouverte
Et le rideau baissé

Les mains sont sales
Et le spectacle vivant

Les borgnes sont rois
Et les bruits sourds

Les bouches sont verbeuses
Et les mots essoufflés

Les dents sont longues
Et les sourires envolés 

Les chants sont désespérés
Et les merles moqueurs   

Les chats sont gris
Et les nuits blanches 

Une chose est sûre
Et l’incertitude totale

Les dés sont pipés
Et les herbes folles

Les carottes sont cuites
Et les haricots finis 

L’heure est grave
Et les temps incertains

La religion est faite
Et le parti pris

Les faits sont têtus
Et la cause entendue

La minute est interminable
Et le silence dort

6 commentaires:

  1. Ingénieuses mes alliances ?

    Une vérité opaque ( 20 deniers)
    Un chaos ordonné ( cardinal)
    Un calme euphorique (20 000 volts)
    Un désaccord unanime (objet unanime avez-vous donc une âme?)
    Un avenir archaïque (trouvé au service des objets perdus)
    un impossible réaliste (mais pas plus que le roi)
    Un flair mécanique ( du piano à queue)
    D’étranges évidences ( élémentaires au cher Watson)
    et un raton délavé ( parce que non lavé avec Mir Laine)



    ( plouf! plouf! je suis pressée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Pressée tu étais, inspirée tu fus.)
      ***
      Une vérité opaque
      Et les tisons sont au balcon

      Un chaos ordonné
      Et un cardinal est surnuméraire

      Un calme euphorique
      Et les voltes sont de face

      Un désaccord unanime
      Et Lamartine est dans le lac

      Un avenir archaïque
      Et le parapluie est désemparé

      Un impossible réaliste
      Et l’irrépublicain n’est pas français

      Un flair mécanique
      Et un chien est au piano

      D’étranges évidences
      Et les particules sont de Holmes

      Et un raton délavé
      Et les lessives sont de Prévert

      Supprimer
  2. il y a d'excellents mots dans vos carnets, le reflux en amènera t-il d'autres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le reflux devrait affluer sous peu...
      Merci.

      Supprimer
  3. Ce jeux de flux et reflux est saisissant de liberté et de gravité! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, on ne peut rien te cacher je vois ;-)

      Supprimer