vendredi 29 janvier 2016

50 La maison du saltimbanque.

Les mots :




J'exerce le métier de fantôme.
Je n’habite pas à proprement parler une maison.
Je suis l'ombre qui ressemble à un rêve inconnu. 
Il n'y a aucune onde quand je vais nager, comme une obsession sans reflet. 
Je pourrais jouer au « génie des lieux », mais ce serait oublier les conseils de papa.
Alors, je voyage à travers les murailles dans un cercle de brouillard.
Je me base sur un livre ouvert, page quarante, au hasard. 
Je suis des instructions secrètes que je décrypte sans lanterne dans tout le château.
Aucune raison ne me gouverne, je reste fidèle à cette vieille maçonnerie de briques.
Je suis une sorte de saltimbanque assuré d'accomplir des prodiges.



8 commentaires:

  1. Un très agréable moment de rêve et de mystère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah vous me faites envie avec ce métier. Et si je vais à Pôle emploi, pourrai-je y voir des annonces ?

      Supprimer
    2. charlottine > Parfois on "attrape" une ambiance et l'on essaie de la peupler !

      Supprimer
    3. Anonyme> attention, les horaires sont bizarres dans ce type d'activité...

      Supprimer
  2. Des prodiges! Être sûr d'en réaliser de plus. Tu ne pouvais mieux nous emmener au septième....ciel? étage?

    RépondreSupprimer
  3. Septième dimension de la quadrature du cercle ?

    RépondreSupprimer