samedi 28 novembre 2015

Le silence, presque

Je me permets deux partages. Vous comprendrez bien sûr de quoi il est question. 


Le premier par Florence Trocmé (Le flotoir , Poézibao) dont j'extrais deux paragraphes tirés de ses notes. Il s'y trouve des mots que je pourrais sans peine faire miens. 

Écouter encore  
Besoin aussi d’interroger mes réactions les plus profondes, pas par narcissisme, mais pour essayer de comprendre ce qui se joue dans ces moments-là, ce que cela nous fait en tant qu’êtres humains (car c’est bien de cela qu’il s’agit) d’être confrontés à tout cela, et quand je dis tout, cela veut dire une situation d’une complexité immense, couverte par une avalanche de mots de toutes provenances, parmi lesquels il est si difficile de saisir ce qui est « juste ».  Je ressens le besoin de me mettre un peu à l’écart. Non pas des êtres humains mais encore une fois des mots. Sauf peut-être ceux de lectures choisies. À l’écart des médias, même si certains font très bien leur travail. Et des conversations qui ne servent à rien.  

Mais des mots, cependant 

Pas les mots écrits de manière contemporaine des événements, à chaud, 
sincères certainement, mais toujours à mettre en questions, pour toutes sortes de raisons.  
D’autres mots, que l’on ira chercher parce que, universels, 
ils semblent nous parler de cette situation précise, particulière qui nous affecte 
si profondément.  


* * * 




Le second provient de La Taulière : L'appentis saucier / vous avez le lien dans la colonne ci-contre - MERCI MH ! 

Elle relaie une émission de France-Culture.  
Ici.

Vous avez la possibilité d'y écouter Nordine Baraka (captation dailymotion).

Ce qu'il nous dit est certainement ce dont nous avons aujourd'hui grand besoin. 

Sans doute "un peu plus" que ces drapeaux et hymnes quasi automatisés ou mécaniques associés à une grandiloquence persistante qui finissent par effet de masque par distiller une fâcheuse impression de cahier des charges à remplir parce qu'il faut répondre urgemment, un passage obligé dont le simplisme met vraiment très mal à l'aise le sûrement mauvais Français que je suis

Alors écoutons Nordine. Il dit si bien et simplement que les choses sont beaucoup moins schématiques que le grand cirque ambiant...


16 commentaires:

  1. Je fais miens également les propos de Florence Trocmé. On a vu paraître ici ou là,quelques écrits à prétention poétique, véritables insultes à la poésie, qui trahissent jusqu'à la pensée qu'ils prétendent défendre. Parmi d'autres, on reconnaîtra un ancien secrétaire d'état.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, ce secrétaires des tas me rend curieux.
      Un nom sera bienvenu... Si tu veux.

      Supprimer
  2. Merci pour ce partage, j'ai aussi été très touchée par le témoignage de Nordine.

    RépondreSupprimer
  3. le silence pour le commun citoyen que nous sommes, peut-être
    mais je pense que pour "nos" dirigeants , il était indispensable de mettre des mots sur les événements.

    d'accord avec toi quant à la sur-médiatisation, la sur-symbolique, et la sur-"ashtagisation" des émotions
    (mais bon je ferme ma radio), l'ashtag tenant lieu de nouvelle conscience politique a pas cher,#lâchetonashtag

    le symbole le plus ridicule étant celui d'un Président assis comme le souligne si justement la Taulière

    moi, je vote Nordine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes également d'accord sur "l'obligation de réponse" et des "mots" des dirigeants évidemment.

      Et je vote bien sûr aussi Nordine ;-)

      Supprimer
  4. Merci pour le relais, belle résonance à un beau moment (largement) partagé. Mais les Nordistes, eux, ne rigolent pas. Ils sont dans leurs petits souliers. A quel territoire ne devra pas dire adieu Nordine Baraka après le 2e tour des régionales ? Croisons les doigts parce qu'on ne peut rien faire d'autre, now.
    Et lançons le hache-ta-gu'... "mauvais Français" (on peut d'ailleurs écouter à l'occasion sur le tube "Mauvais ouvrier", chanson sombre et magnifique de Loïc Lantoine, chanteur nordiste (hélas, son pourri).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Résonance bienvenue, oui merci encore !

      Supprimer
  5. PS - Et re-merci à Robert Rapilly (blogue ami ici aussi) car c'est lui qui m'a "servi" Nordine Baraka sur un plateau...
    Quant à Florence Trocmé, que je ne connaissais pas, je me suis ruée sur "Le flotoir" et ne suis pas près d'en sortir. Lectures salutaires, gratefully yours Mr K !
    Taulière bavarde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. RR c'est du tout bon !
      Florence Trocmé avec humilité et douceur parle juste, c'est beaucoup ...

      Supprimer
  6. Merci pour la découverte de Nordine et de la Taulière. Je ne voyage plus suffisamment dans la blogosphère. C'est bien dommage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mercis partagés donc --> MH et RR !
      Quant à voyager, ici les portes sont ouvertes, et même il n'y a pas de porte, donc facile de passer !

      Supprimer
  7. Merci d'avoir relayé les paroles de Nordine Baraka.
    J'ai vu récemment sur un site un dessin simple (tiré de la série Peanuts je pense bien) qui disait brutalement ce qui m'habite devant les actes violents et les réactions racistes : un petit garçon s'exclame, figé sur un trottoir à côté de sa mallette : "What a stupid world".

    RépondreSupprimer