lundi 2 novembre 2015

36 Utérin et autodidacte

Les mots 




Il était une fois une bande de sept amis liés indéfectiblement.
Ils avaient grandi dans le même quartier.
Aujourd’hui ils travaillaient ensemble.
Ils formaient une petite troupe théâtrale qu’ils avaient baptisée « Les bottes de 7 lieues »
Ils s’arrangeaient pour jouer toujours tous les sept.
Ils s'étaient dotés de noms de scène surprenants.
Gilles Martin était devenu Hégésippe Utérin, Radegonde Vin était la nouvelle identité de Sophie Leibovitch, Volcide Wisigoth celle de Radouane Azouzi,  Julie Frantz avait pris le nom d’Arseline Xylophone, Hilarion Yourte était dorénavant le pseudonyme de Marc Broustaing, Palmyre Zozo celui de Paule Victorini, et enfin Eusèbe Autodidacte avait été adopté par Evariste Mortier.   

Un jour ils reçurent une proposition.
Une pièce qui se présentait comme un conte théâtral dont le nombre de personnages allait les contraindre à se séparer s’ils l’acceptaient. 
Ils refusèrent.
On n’en sut pas plus.
Ils poursuivirent leur bonhomme de chemin.
Qui sait, s'ils avaient insisté, une belle occasion s’était peut-être envolée de créer de futurs classiques comme Les Sept Mousquetaires, ou la Septième Roue du Carrosse, les Sept Filles du Docteur March, ou encore Sept semaines en ballon, et même Sept personnages en quête d’auteur.
Peu importe.

Finalement, il n’y eut pas de laissé pour conte.

8 commentaires:

  1. Presque une fable morale ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour K, moi qui ai appris à jouer du xylophone en autodidacte, je rêve maintenant d'en jouer à mon frère utérin sous une yourte faisant des pauses en buvant un verre de vin. J'espère que le zozo d'en face ayant des réactions de wizigoth sera d'accord. Les mots m'ont inspirés. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Les bienfaits de la yourte !

    RépondreSupprimer
  4. La yourte nature s'entend... Sous laquelle cette remarquable troupe aurait pu jouer "Sept Neiges et les Blanches-Nains". Elle me plaît bien cette compagnie théâtrale...

    RépondreSupprimer
  5. Ta fiction dépasse ma réalité (ou l'inverse). Je lis dans les pages locales d'un quotidien que « la troupe ne pourra pas se produire comme elle le fait chaque année, "l'un des membres gravement blessé en septembre n'est toujours pas rentré à son domicile" »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hospitalisé sans nul doute...

      Je peux donner quelques "secrets de fabrication" : j'ai utilisé une référence à une petite troupe locale que je connais et qui fonctionne ainsi pour le nombre de rôles/personnages , après quoi j'ai décidé de saccager copieusement les patronymes et pseudonymes pour coller à la contrainte des mots !

      Supprimer