vendredi 23 octobre 2015

CENT QUARANtE

Cette série intermittente, aussi sporadique que discontinue, est toujours en cours et se poursuit par une petite variation en cinq actes.
En voici deux. 



Lorsqu’une tarte tatin, ainsi baptisée en hommage aux sœurs du même nom, finit par terre du « mauvais côté » est-on absolument sûr finalement que c’est le mauvais côté ?
140-16


Lorsqu’une tarte tatin finit par terre du mauvais côté, imitant malencontreusement la tartine et la confiture, doit-on penser malchance ou juste retour des choses ?
140-17

8 commentaires:

  1. En cinq actes... et combien de parts ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même au bout des cinq actes subsistera le doute...

      Supprimer
  2. une tarte tatin au tapis...vaut mieux qu'une tarte tapie au tapin
    (une expérience personnelle de la loi de Murphy?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La tarte Murphy, ah voilà un nouvel horizon conceptuel ! Merci.

      Supprimer
  3. Ce dont on peut être absolument sûr c'est qu'on a "les mains en beurre" (expression espagnole, employée aussi au foot quand le ballon échappe à qui tu sais...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle expression.
      A vérifier demain avec la suite ...

      Supprimer
  4. Moi je pense crotte de crotte, est-ce que je peux la manger quand même ou est-ce vraiment trop crade par terre ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, cette pensée traverse l'esprit des gourmands ... mais aussi de ceux qui ont horreur de gaspiller. Et ce sont les mêmes éventuellement !

      Supprimer