lundi 12 octobre 2015

33 Le zoulou au foulard

Les mots 


Chère madame, les différents éléments d’observation de mon enquête sont les suivants :

A 16h44 mardi 8
Le zoulou était un sacré loulou, un filou du rififi, complètement fou.
A 19h11 mardi 8 toujours , un témoin me confirme que
« C’était un ex-coucou reconverti en troubadour de la roucoulade, coucouroucou, il servait sans jérémiades son hebdomadaire aubade et ses galéjades à la marmelade à une pintade de balustrade, avant de s’enfuir en cavalcade pour échapper aux fusillades. »
Midi mercredi 9  
Il n’en est resté que nib, encore moins que des bribes, tel que l’a consigné le scribe dessiné par Gotlib.
23h45 mercredi 9 (in dossier confidentiel) :  
Ce coquin en a profité pour raconter sa triste fin, dans un coin plein d’aigrefins restreint à coups de vilebrequins par un vil requin peu taquin.    
7h00 jeudi 10
Une mouche en remit une couche en se révélant peu farouche sous la douche, ce qui fut jugé louche.
11h00 jeudi 10
L’errance du zoulou se déroula dans l’ignorance, sans la moindre espérance d’un retour, ce qui valut des remontrances.
15h15 vendredi 11
Se sentant faiblard, aperçu le cou  enroulé dans un foulard sur le boulevard avec une visible envie de sauciflard en pantouflard.


Ma conclusion : chère madame, votre chien ne se drogue pas.
Ci-joint quelques photos et ma facture.
Didier Nessuno
Agence  SOARES
Enquêtes privées




9 commentaires:

  1. une chute amenée canin caha,ha ha ha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il na fallait pas tomber sur un os.

      Supprimer
  2. un enquêteur qui a de l'avenir, moi je dis :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une enquête s'imposera pour le vérifier.
      ;-)

      Supprimer
  3. Voilà une enquête rondement menée, carrément brillante, Nessuno serait capable de retrouver Los Angeles dans le Triangle des Bermudes !
    Signé Gisèle Nobody

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et d'ailleurs, il l'a fait !

      Supprimer
    2. J'ai oublié de préciser qu'anonyme signe nobody, c'est pas mal, finalement :-)

      Supprimer
  4. Pour prolonger ton billet, modeste contribution de Paul Déroulède, pouète français :
    « Rourou ! Tourourou ! la machine part,
    Sur la roue en fer, on met la courroie.»

    RépondreSupprimer