mercredi 7 octobre 2015

32 bis The Wishbone effect



Due to popular demand 

En dépit d’une apparence calme et austère, intérieurement, Malcolm Wishbone éprouvait une profonde satisfaction. 
Et rien ne pouvait l’ébranler.

Pas même de savoir que le Service l’avait finalement repéré.
Ou d'être parfaitement conscient qu'il se trouvait désormais très exposé et qu'il ne pourrait se soustraire à la seconde disposition additionnelle du règlement.  

Il n’ignorait pas davantage que Hugh Palmer et Bradford Lewis voulaient sa peau.
Il n’avait cure de ne pas connaître la signification de  « ISK ».
En revanche il se frottait mentalement les mains à la pensée de ce pauvre Lawrence Jones quand celui-ci découvrirait à l’étage au-dessus que les documents transmis étaient bidons.

Malcolm était à un tel point de jubilation qu’il devait se maîtriser pour ne pas sauter au plafond à tue-tête.
Heureusement, l’interrogatoire musclé qu’il subissait depuis quinze minutes l’aidait à se contenir.

Mais rien, absolument rien ne pouvait l’ébranler.
Il était prêt à affronter toutes les mesures de rétorsion. 
Plus rien ne comptait.

Son contact lui avait offert sa soutane.

14 commentaires:

  1. ...serait-ce l'effet goupillon?
    car sous la robe austère du curé se cache la plus grosse et la plus rouge des confusions, pouf pouf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et peut-être que sabre ira mieux demain...

      Supprimer
  2. Malcom est un personnage vraiment étrange... Si rien ne peut l'ébranler, il ébranle les autres ;)

    RépondreSupprimer
  3. Les jubilations de Malcolm sont inattendues, presque excitantes ;.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malcolm est assez paradoxal pour un Wishbone !

      Supprimer
  4. J'espérais malgré moi un Jacques Supervielle... : ici non plus ? Décidément... Malcolm ne savait-il donc pas que l'enfant de la haute mer était né de Jules ? Damned !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait fallu pour cela que les documents ne soient pas bidons !

      Supprimer
    2. Le Service l'était aussi : à sa tête, ce Jules faisait le Jacques !

      Supprimer
    3. Et beaucoup riaient John.

      Supprimer
  5. Malcolm W n'était-il pas destiné de tout temps à se prendre une gamelle en fournissant des documents bidons ? Avait-il prévu pour cela une pelle, une pioche ? Laurence Jones, furax, ne sera-t-il pas tenté de lui balancer des carottes dans le ventre et des navets dans les mollets ? Bref, on attend le 3e épisode de ce qui semble bien s'acheminer vers un bon vieux feuilleton, aaaahhh, un feuilleton avec plein d'épisodes... Délice d'en avaler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vite une armoire pour ranger les personnages qui meurent !

      Supprimer
  6. Euh, heu, ah, ha, et même ahah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oh
      ... tant que ce n'est pas ouille ouille ouille ....!

      Supprimer