lundi 7 septembre 2015

28 La queue du winch

Les mots




Lorsqu’il s’agit d’utiliser le mot queue
J’essaie de ne pas en venir aux pires extrémités :
un usage peu glorieux
que je finirai par regretter.

N’en déplaise aux esprits retors
Dont je vois pointer le désaccord 
Certaines facilités me donnant des remords
je les écarte de prime abord.

Je tente donc -par principe-
De m’éviter tout douteux trip
Et de réfléchir plus haut que le slip,
sacré nom d’une pipe !

N’y voyez aucune posture intime  
Pudidonderie et tout le toutim
Seulement une question d’urticaire 
Démangeaison ou réaction salutaire.

N'ayez point à l’esprit l’idée 
De vierge effarouchée
à la pensée de poser verge
Sur un papier aux  berges vierges

Cessez les conjectures capillotractées
A grands tours de winch
vous finiriez piégé et dérangé !
Cessez ou j'appelle David Lynch ...

8 commentaires:

  1. Ah non! elle est un peu courte jeune homme!
    rester sur son quant -à-soi,
    tel un maître queux devant son piano me semble bien là des propos sans queue ni tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'aimerais tant vous y voir,
      Siraccuse ;-)

      Supprimer
  2. Que la chose est bien troussé ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On fait ce qu'on peut camarade 366 !

      Supprimer
  3. A tirage coquin, poésie légère et court vêtue !

    L'écho vient, pour le coup, de l'Anthologie de l'Oulipo (Gallimard, 2009),
    sous la plume de Paul Braffort (p. 160) :

    Eros de Nikè ou l'Explication de sexe

    Un sonnet pour Galois : Arthur, démasqué, quête
    avec l'hôtesse auburn un bouquet d'aubépines
    Il brasse les quatrains d'un réflexe haineux
    chaotique hoquet qu'un tic (rictus ?) étrique

    Et les tercets polis, lissés en un film d'Art
    ou d'Essai si nul qu'on dut partir : il fallut s'
    embarquer en l'an six vers le quartier chinois

    Ah Nice, tes remparts, ta rue de la Paix, Nice
    ample comme un cheveu que notre aurore habite ;
    c'est pour un jeu de dame où nos destins convergent
    au souvenir d'un soir de soufre où je te vis

    d'une lettre à Elise ourdir poésie zy-
    gomatique, un couplet, chanson d'amour coquette
    puisqu'au fond de la mer joue un piano aqueux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, je suis allé vérifier, encore du tour de force anthologique !

      Supprimer
  4. Dire les choses sans les dire, un tour de force ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Logiquement, je ne commente donc pas.

      Supprimer