mardi 19 mai 2015

Pas simple

Incapable de dire non, il avait fini agent quadruple.
Il se faisait l'effet d'une triple-buse.
Il était - évidemment- polygame et sa deuxième femme avait eu des quintuplés.
Il se confia à un tiers autour d'un double-scotch.

"J'aurais tellement aimé faire les choses à moitié".

16 commentaires:

  1. normal, il a joué sa vie à quitte ou double

    RépondreSupprimer
  2. En effet, tout a compté double en ce qui le concerne. Bonne journée et merci pour cet exercice de style de bon matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Matinal, le double expresso était peut aussi sa tasse de thé.
      ;-)

      Supprimer
  3. Octuple, à ne pas confondre avec un couple octogénaire qui aimerait aussi avoir la moitié.
    Ton "évidemment" me trouble...:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne sachant dire non,
      il ne sait que dire oui,
      sous différentes identités,
      effectivement
      c'est troublant !

      Supprimer
  4. En écho, article du Monde (20.01.07)
    « Tétraplégique, elle vu son assurance quadrupler.
    Elle intente un procès contre la société Quatrem assurances collectives.»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant l'assurance n'en manque pas, c'est quasiment du toupet.

      Supprimer
  5. Vous avez l'art et la manière de nous prouver par a + b que rien n'est simple ;)

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Au bout du compte il variait les déplaisirs.

      Et... merci de votre passage.

      Supprimer
  7. Le genre de type à se resservir du quatre-quarts en deux-deux...

    RépondreSupprimer
  8. Entre la note et les commentaires, ça pétille, par ici ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Double ration billet-commentaires ;-)
    Merci Pastelle !

    RépondreSupprimer