vendredi 13 mars 2015

Quelle chanson... !


La matinée se lève
Toi debout, il est temps

Attends encore, attends
J'ai pas fini mon rêve

Le soleil nous inonde
Regarde-moi ce bleu

Attends encore un peu
Je refaisais le monde

Lève-toi donc, respire
Quel printemps nous avons

J'efface mille avions
Une guerre, un empire

Faut labourer la terre
Et tirer l'eau du puits

Changer la vie et puis
Abolir la misère

Regarde l'alouette
Il est midi sonné

Le monde abandonné
Je le donne au poète

Allons, viens dans les vignes
Le soleil est très haut

Le monde sera beau
Je l'affirme, je signe

Le monde sera beau

Je l'affirme, je signe



Henri Gougaud texte 
Jean Ferrat musique et chant
Christine Sèvres chant 

12 commentaires:

  1. Très beau texte et cette voix à nulle autre égale ! Je ne connaissais pas Christine Sèvres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle fut la première épouse de Jean Ferrat,
      Mais elle ne fut pas que cela, loin s'en faut.

      Elle est décédée en 1981.

      Voix absolument magnifique.

      Supprimer
  2. on comprend mieux pourquoi la femme est l'avenir de l'homme...
    A elle le pragmatisme, le terre à terre et le boulot : labourer la vigne, tirer l'eau du puits,
    A l'homme la noblesse d'un idéal: abolir la misère, changer la vie, effacer les empires...rêver le monde
    le monde sera beau, mais il faut bien le faire...et c'est la femme qui s'y colle.
    z"en pensez quoi?




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c’est un peu rapide.

      Evidemment la structure de la chanson joue sur les stéréotypes et met en avant une opposition dans les priorités mais après…
      L’homme est ici rappelé à ce qui l’entoure, ramené à une réalité où ce qu’il y a de beau est immédiatement à portée et sans chimère (« Ce bleu, quel printemps nous avons »). Et dans ce qu’il y a à accomplir, parce que le bonheur s’y niche.
      C’est un bel appel à la sagesse et la sérénité.

      « Toi debout »… ça sonne un peu comme va bosser quand même !
      Elle va s’y coller ? Eh bien non, je dirai même qu’ils vont s’y coller.

      Je retiens que les deux derniers vers sont chantés ensemble, « le monde sera beau, je l’affirme, je signe », et comme bien sûr la terre n’attend pas, ce sera l’eau, ce seront les vignes.
      Et de ce point de vue la femme peut bien être l’avenir de l’homme.

      Supprimer
  3. J'écoute souvent Ferrat et spécialement aujourd'hui, merci d'avoir pensé à lui: cette chanson est superbe ! Ferrat fait partie de ceux qui me font aisément venir la larme à l'oeil.

    RépondreSupprimer
  4. le monde abandonné
    Je le donne au poète

    Que c'est beau et apaisant...quand et où a-t-on abandonné le monde? Héĺas. Intemporel, déchirant aussi.
    Merci K, j'ai réécouté avec émotion plein de chansons de lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien chère Colo !
      Et, oui, bonne question.

      Supprimer
  5. Superbe duo ! La remarque sur les deux rôles est juste, mais la chanson est belle.

    RépondreSupprimer
  6. Refaire le monde ou le donner au poète. Si, il sera beau !
    Merci pour ce beau rappel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.
      Et merci d'être passé cher Christw !

      Supprimer