vendredi 9 janvier 2015

CENTQUaRANTE

Etrangement, les essuie-glace tout neufs n’amélioraient absolument pas la visibilité. Cela me conduisit –sic- à une hypothèse fructueuse à propos de mes lunettes. 

(140-11) mardi 6 janvier


Etrangement, les essuie-glace tout neufs n’amélioraient toujours pas la visibilité. L’hypothèse « mes lunettes » tomba : elles étaient nettes. C’étaient mes yeux.


(140-12) jeudi 8 janvier

10 commentaires:

  1. Un phénomène similaire affecta notre vision. Il se révéla que les larmes grossissent les caractères mais nuisent à la netteté de l'ensemble.
    MH de l'Appentis

    RépondreSupprimer
  2. c'est dur d'être pleuré par des cons :-)
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/09/charlie-hebdo-cest-dur-detre-aime-cons-256994




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui m'inquiète dorénavant, parce que ça a déjà commencé, c'est qu'on va bouffer à toutes les sauces du "C'est dur d'être ... par des cons".

      Supprimer
    2. inquiet, ah bon?
      le dessin est bien vu,
      Luz (survivant du massacre) a déclaré
      "Je n’étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabus, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d’attitude. Les gens s’expriment comme ils veulent mais il ne faut pas que la République ressemble à une pleureuse de la Corée du Nord. Ce serait dommage."


      Pour les autres "c'est dur.....cons" , il y en aura à prendre et d'autres à jeter,

      Supprimer
    3. C'est bien le "à toutes les sauces", c'est-à-dire son exploitation et instrumentalisation qui m'inquiètent et me fatiguent déjà hélas.
      Pour le reste, j'ai cheminé hier après-midi un moment sous la pluie dans le cortège nantais.
      J'étais là à titre personnel, et par hasard car je ne savais pas du tout que ce serait là et à ce moment-là vu que j'avais tout coupé question media.
      J'ai juste pensé que c'était pas mal de marcher un peu là, en citoyen attaché à des valeurs humanistes, en citoyen refusant cette violence et en pensant surtout aux vies détruites.

      Il y avait peut-être des cons dans ce cortège, je m'en fous complètement.
      C'était pas la question, en tout cas pas pour moi, et pas à ce moment-là.

      Supprimer
  3. Il y a des choses, parfois, que l'on préfère ne pas voir.... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on aimerait ne pas voir, qu'on aimerait ne pas avoir vues. Hélas.

      Supprimer
  4. Les hypothèses des lunettes et des yeux tombèrent : ce devait être le monde qui dépassait la fiction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dépassement non autorisé,d'ailleurs.

      Supprimer