mardi 23 décembre 2014

Noir-10


Fin






PS/ Quelques "clés"  ci-dessous ... 

C'était donc l'ultime épisode d'une série titrée Un Regard Noir.
Comme annoncé ici (billet du 21 octobre) :

Et maintenant un peu de cuisine :
-Je révèlerai le titre du roman à la fin, s'il n'est pas découvert avant.
-Le titre, le genre et la collection m'ont soufflé le nom de la série : "Un regard noir" qui complète -en un sens- la précédente expérience "Un Œil Neuf" ! 
-J'en ai divisé le nombre de pages par 10 (c'est un format poche) et j'ai pu sélectionner, régulièrement espacées, les 10 pages qui  fourniront le matériau.
-Enfin, pour la méthode, pour le côté improvisé, je me donne en tout et pour tout 10 minutes sur la page, histoire de rester un peu "express", et  je m'accorde soit le lundi soir, soit le jour-même avant de publier pour y parvenir ! 

C'est l'heure des révélations ! 
Je n'insisterai pas sur les contraintes de production auxquelles je me suis tenu , majoritairement le lundi soir pour le mardi matin, de 10 à 15 minutes TTC. 
Je m'orienterai prochainement sur du coup par coup, piochant çà et là au fil de mes trouvailles et au gré des suggestions que me feront les textes.

Mais voyons le reste ! 
Lorsqu'on empoigne un polar de la collection "Le Masque" ça donne l'idée de passer de L’Oeil Neuf au Regard Noir ! 
D'autant plus que le genre s'y prête et y encourage par son titre : Dix petits nègres. 
Passer ainsi de Neuf à Dix, et plonger dans le noir !
222 pages divisé par 10 (évidemment) m'a conduit à "travailler" les pages 22, 44, 66, 88, 110, 132, 154, 176, 198 et 220. 
Ensuite, comme on le constate aisément, le dynamitage prend effet, bousculant les automatismes du lecteur et emmenant le genre sur des sentiers cahotiques qui apparaissent après qu'on les a empruntés.

Et c'est ainsi que contrairement au polar d'Agatha Christie où la résolution de l'énigme par le biais d'une bouteille à la mer contenant les aveux complets du meurtrier ne manque pas de sel, dans la version aménagée, par contre, le mystère reste complet, ce qui ne mange pas de pain.


22 décembre, 16h56.

5 commentaires:

  1. Méthode et rendu artistique impeccables !

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison de réhabiliter le "chaotique" et d'en faire un genre ;)

    RépondreSupprimer
  3. Merci à tous deux de vos encouragements !

    RépondreSupprimer
  4. J'imagine la tête que fera l'auteure quand elle découvrira quelle perle poétique tu as sortie de son huître.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle se retournerait dans sa tombe crois-tu ?
      Merci.

      Supprimer