jeudi 4 décembre 2014

4 X12 X9 (A plus d'un titre)

Un récent billet ici m'a envoyé par là
Que pouvais-je faire d'autre que me piquer au jeu ?
Une petite exploration plus tard,  la génération de titres achevée, j'avais sélectionné 9 titres.
Mais je n'allais pas en rester là. 
Comme souvent, je m'auto-infligeai une contrainte semi-ondulatoire et crypto-baroque.
Sinon c'est beaucoup moins drôle, n'est-il pas ?  
Chaque titre serait présenté sous forme d'un quatrain. 
La chute dudit quatrain étant forcément le titre.
Nous y voilà ! 

* * * 


 Lire au pied de la lettre ou mot à mot c’est vivre
Se prendre, jeu, pour un message qu’on délivre,
Tout larguer et s’embarquer sur un bateau ivre,
Ou prendre un train pour la ville des livres...



 Camouflées /tues /masquées /ensevelies : cassures
Dissimulées /déguisées /enfouies : flétrissures
Étouffées /terrées /cachées /noyées :  meurtrissures
Perçant le silence des petites blessures.


A force de tout prendre avec tant de hauteur 
 sa réputation se fit de troubles fauteur  
et déçus ses personnages en quête d’auteur 
se rebellèrent : ce fut l’hiver du narrateur




Si le temps s’étire aussitôt que je m’allonge
qu’imperceptiblement il me ronge, je plonge
En un lent voyage qui noie tous les mensonges,
Flottant au repos dans la piscine des songes.


 Qui sont-ils ici, là, pourquoi et depuis quand
A l’étroit, pas pressés, en un mot comme en cent,  
Marchant à l’arrêt, sans espace et pleins de temps
Enfermés Prisonniers d’ici et maintenant
 
 

 Pourquoi pas en un flash obtenir l’autographe
Car le gars dans l’quartier est un vrai typographe
Sauf qu’avec lui les clichés sont comme des paraphes
Allez passez venez Boulevard du photographe



 La cabane des mystères sur un canari 
Ou la traversée du futur en méhari,
l’or des océans le thème d’un safari,
ah ! trop barré, le protocole de Paris




L’héritage de demain s’ouvrit sur le vide
L’ingéniosité des malades, cri morbide,
l’énigme du désordre les rendit livides
Le déclin du jour scella l’invention du vide




Surprenante et fugitive comme l’ondée,
 échafaudée sur le fil, puits sauvegardé,
onde dans l’air captée, fragile orchidée
voguer ciel ouvert sur le charme d’une idée.



12 commentaires:

  1. de la belle ouvrage, mister K!
    souvent je m'offre une pause dans une vraie librairie courageuse et indépendante ( pas chez l'agitateur d'idées qui n'agite plus grand chose aujourd'hui sinon les ficelles du marketting, mais bref...) pour juste lire et télescoper les titres des centaines d'ouvrages exposés , voyage en poésie assuré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merc(i) !
      Je crois déceler dans ce commentaire une pratique partagée et un certain plaisir aux voyages immobiles... juste grâce aux titres.

      Supprimer
  2. Eh bé ! Il ne faut pas laisser traîner une consigne d'écriture ! Aussi tu t'en empares ! Avec brio !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours ranger ses affaires !
      Avec brio ? Non, je l'ai fait tout seul.

      Supprimer
  3. Bel exercice !
    Pour dire que les rimes ont encore de l'à venir :-)
    Les couvertures sont aussi jolies que les feuilles de l'automne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les titres et couvertures sont juste à cueillir.
      On brode après et c'est le plaisir du jeu.
      Et merci.

      Supprimer
  4. J'aime bien la façon dont vous vous inventé des consignes et "l'hiver du narrateur" me donne envie d'en savoir plus, surtout après votre presque quatrième de couverture ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne promets rien à ce titre !
      Quant aux consignes inventées, comme dirait Yves deux étages au-dessus, faut rien laisser traîner en effet !

      Supprimer
  5. Charmantes idées, loin des songes prisonniers, en pleine créativité, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout saisi Colo !
      Comment à partir d'une proposition où l'on est relativement passif parce que tout se fait en automatique, on peut rajouter son mot, sa touche , son grain, son quatrain (!)
      Merci.

      Supprimer
  6. Me voici auteur et publié, là. Pour mon prochain livre d'art (chez Mouseîon), j'utilise un pseudo.
    Bon dimanche, merci pour le lien, c'est amusant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai juste relayé le lien (voir Presque voix).
      Amusant et, si l'on veut creuser, stimulant.
      Bon dimanche aussi Christw.

      Supprimer