mercredi 5 novembre 2014

Profondeur légère et fugitive


6 commentaires:

  1. Quelle belle écriture... Xu Zhimo mais aussi ce manuscrit. Il y a une délicatesse, un souffle familier dans la transcription manuelle du texte qui disparaît avec des caractères imprimés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. J'ai été saisi par ce poème.
      Il m'est apparu il y a quelque temps que partager les extraits par transcription manuelle pouvait amener un peu plus d'humain...

      Supprimer
  2. Cette lumière allumée me fait penser à "la fenêtre ouverte" de Paul Eluard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très bonne connexion ou parenté !

      Supprimer