mardi 7 octobre 2014

Acrobaties chromatiques

Dans le service, John Grey était le « bleu ».
L’équipe n’en faisait pas un fromage mais ils avaient tendance à le prendre pour une pâte molle. 
Reprenons.
Une sombre histoire.  Besoin d’un témoignage. Grey alpagua un noir pas clair à ses yeux et le conduisit au poste. Il avait bien vu que ce n’était pas un aigle, il le laissa mariner dix minutes avant d’entrer. 
Grey posa alors un regard d’acier en même temps que sa question. 
Rien. Puis un bredouillis. Et rien.  
Scruté dans le blanc des yeux et sommé d’ajouter un mot, le noir eut un blanc. Un tunnel, un véritable trou noir.
Blanc comme un linge, il restait muet comme une tombe.
De quoi déclencher une colère noire, certes, mais est-ce que ça soulage vraiment ? pensa Grey. 
Idées noires puis éclair. Un coup, un leurre... 
Grey embarqua le noir au « Rainbow » (avec l’idée qu'il se mette à table) en le mettant "au vert".
Sur place, ils s’y mettent. Un prétexte est vite trouvé. Le noir arrose l’important. Ce n’est pas un dessous de table. Non, c’est un coup de blanc. Levant le coude,  le noir est vite gris puis noir. 
Impossible de faire semblant tant ça se voit. 
A côté du noir, au comptoir, un blanc qui porte un bleu et une casquette est noir, lui aussi. Blanc bonnet et bonnet blanc ?
Le noir soudain loquace oublie Grey et échange avec le blanc au bleu des propos décousus. Ils sont chauffés à blanc.
Grey en est vert car il a compris qu’il n’aura pas d’aveux pour n’y avoir vu que du bleu. Il sent que son leurre est dans le rouge.
Et puis soudain, silence d'ivrognes.
Un orange passe. 
Surtout, pense Grey, faire comme dans le manuel, laisser passer l’orange.
Alors Grey se détend, il se sent l’esprit plus clair et pense aux chats la nuit. Son plan est à l’eau, il ne peut plus rien. 
Alors, tant pis pour le chef, je pourrais dire qu’il m’a échappé. 
Il hésite encore, et finalement son courage remonte d’un cran : il envoie le noir sur les roses. 
Grey rentre broyer du noir après avoir fait chou blanc.
Au fond, c’est troublant, se dit-il, d’interroger un possible témoin aux couleurs qui se nomme Red Brown et qui traîne son blues.

Voilà pourquoi beaucoup ce matin-là au poste pensaient que Grey n’étaient pas blanc-blanc dans cette affaire.
De là à passer pour un jaune…

14 commentaires:

  1. Texte à déguster en buvant un petit rosé frais et léger ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez les verres et à la tienne alors ;-)

      Supprimer
  2. Un clin d'oeil tout en nuances... Au "Revenant", deuxième tome de la Trilogie New-yorkaise de Paul Auster, dans laquelle le détective privé Bleu, payé par Blanc, doit suivre Noir... Auster est moins drôle ! (c'est pourquoi on l'appelle couramment le paterne Auster). Continuez, Mr K, de blanchir sous le harnois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci MH, et blanchir en effet, pas de problème, ça se fait tout seul !

      Supprimer
  3. L'écriture à l'huile, c'est bien difficile, mais c'est bien plus beau que l'écriture à l'eau.*

    * – de rose...
    – Hum ! Pas utile d'en remettre une couche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison ! Une couche suffit.
      L'acrylique est aisée, mais ... etc. etc.

      Supprimer
  4. J'en ai vu de toutes les couleurs...
    Arc-en-ciel inventif et déjanté. Espace colorimétrique inédit. Joli nuancier teinté d'humour.
    Merci K.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christw.
      Et cet arc-en-ciel aura une suite à n'en pas douter !

      Supprimer
  5. Je vois que vous vous amusez bien avec ce jeu de couleurs. Vous nous peignez un tableau humoristique ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, s'amuser !
      A en faire voir de toutes les couleurs !

      Supprimer
  6. Et même pas un cliché en noir et blanc pour illustrer ce texte ? Ou une réplique de Noiret/Blanc ?

    RépondreSupprimer
  7. Bien vu Obni !
    J'aurais pu leur faire consommer du black and white également....

    RépondreSupprimer