mardi 9 septembre 2014

Sauter du coq en plâtre au bonnet d'âne

« Haut les mains » cria l’homme au caissier et au débotté.
Par-dessus tout et la jambe, il ajouta : « Le fric ! »
L’employé, emprunté bancaire, s’exécuta mollement. Il se manqua et cela lui réussit. 
Le malfaiteur l’oublia et détala en effet avec son sac rempli de patates prélevées dans la caisse pour un butin ... juteux. 

Bof, un vol à main armée pas trop béton, pensa illico le caissier, toujours vivant, pensant à 3,2 % aux vingt prochaines années.
Il déclencha le signal avec ses dents car il avait abandonné l’alarme à l’œil.
Manœuvre incisive et éflicace : celui qui se rêvait bandit de grand chemin fut coincé peu après dans une ruelle sombre par les forces de l’ordre et pris la main sur le sac, mais sans vieille dame.

Son procès ne fut pas même kafkaïen. Ce drôle d’oiseau qui nuit, monsieur le président, fut abattu en plein vol, condamné à faire de la tôle, au milieu d’une île. Sans zèle.
Dans sa cellule étroite, son moral d’acier n’en menait pas large et fondit à l’ombre. Laminé, appelons un chat un chat.
Pas de remise de peine, son chagrin éclata.
Quelques jours plutarque, ayant déposé les larmes, il pensa aussi sec à un plan. Penser le pansait, de quoi guérir sans coup férir.
Une lancinante question le transperçait : comment me faire la malle moi qui suis coffré ?
Du haut du mât, il se prit à songer à une vengeance dantesque où il porterait l’estoc à l’Estaque. Ce serait impitoyable, comme le bois à l’est, rien ne l’arrêterait, pas même le fait d’avoir agi seul.
Il échafauda un plan alors qu’on installait un échafaud au centre de la cour de la centrale.
Il ne resterait qu’à attendre une occasion, unique et ayant peu roulé, en alliant science, patience et langueur de temps. 
Ce serait long. Il en tirait la langue. C’était long. Allons, garde ton allant, se disait-il.
Et ce fut long.

Certains jours cette idée fixe lui faisait un mal de chien : il rongeait son os comme un frein quand son moral était en baisse ou en perte de vitesse.
Irritable sur sa chaise, susceptible alité, il s’échauffait sur le chauffe-eau , exercices et tractions, pour que le jour J l’échafaudage ne se mue pas en échafaud.
A cran. Une drôle d’échauffourée jeta un froid : un jour, au parloir, il planta là son avocat, l’envoyant au diable.
Il vivait pourtant dans l’espoir flou que l’échelle qu’il avait repérée permette qu’il se barre aux Seychelles, en un remake réussi d'Orang outan en emporte le vent.

Un jour ce fut le moment. 
Seychelles que j’aime... ? Non, on change tout.  
Un quatuor à cordes était venu jouer. C’était sa nouvelle passion, les cordes, et il s’était lancé dans la musique mentale à cor perdu, se remettant en selle au violon.
Il réussit à s’échapper, l’échelle chromatique a du bon parfois surtout quand l’orchestre ne joue pas « Ascenseur pour l’échafaud ». Il se hissa pas à pas d’un demi-ton et le tour de passe-passe fut accompli sans qu’il dévisse.        
Sorti du périmètre de sécurité, il rattachait sa ceinture lorsqu'il fut interpellé, au niveau du vécu et pas sans trouille, par les farces de police en patrouille. Ses oreilles sifflotaient. Il flaira le piège. 
Il resta de glace et, de fait, se mit à sentir la fraise, prenant soin de ne pas la ramener. Ils passèrent, fausse alerte. Prestement, il se dirigea vers le parking.
Il fractura une serrure et monta dans l’Austin qu’il démarra à l’ouvre-boîte afghan.
Direction ? Prenons les paris... 


Texas. 

8 commentaires:

  1. C'est un festival, dites-moi. La lectrice que je suis a parfois du mal à suivre - vous jouez trop fin pour moi - mais elle s'est accrochée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je donne les clés contre trois timbres !

      Supprimer
  2. "ficelles, focs, garous, grands vents, loups, marabout, SoupeAuCanard,, mille et une nuits ?
    dix gouttes avant chaque repas?
    trente jours de prison dont quinze de cellule ?

    et un autre raton laveur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as sûrement remarqué loups/focs, loups/garous, marabout/ficelle, grands vents est une manière de me prendre à mon propre jeu après focs. Quant à soupe au canard, je pense que tu as saisi...
      ;-)
      Et puis c'est VINGT gouttes, à jeûn.
      re ;-)
      Et c'est promis, je le referai !

      Supprimer
  3. Bravo l'ami ! que de jeu de maux que j'e hais les mots de têtes !

    RépondreSupprimer
  4. Jubilation.....vive Plutarque et l'outan qui n'emporte rien...
    Bravo, oui, oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo.
      Le plus "terrible" (pour mon entourage peut-être...) étant que je n'ai pas trop à me forcer !!!!
      Et puis j'ai repris au bond, à ma sauce, le principe d'Obni sur son texte le" robot" !

      Supprimer