mercredi 22 janvier 2014

Futur




Ainsi se décide l'impossible
comme une caresse

Entre le monde et l'amour
le lien est d'eau qui tremble


Tes mains sont un fruit
autant que la rondeur de l'été


Et la révolution et les désastres
sont l'oeuvre d'un regard
ou d'un baiser demeuré vide

Tout désir est une enfance revécue
au bord d'un ruisseau

Toute vaillance dans le pas
est nouée au sommeil le plus chaud

Ainsi l'avenir
cet ordinaire du pauvre
est la trace indécise
d'une main sur ta peau



Jean-Pierre SIMEON
Extrait de Fresque peinte sur un mur obscur

Cheyne éditeur, 2002

2 commentaires:

  1. Chaque petite strophe, un vrai bijou finement taillé.
    Grand merci K.

    RépondreSupprimer
  2. Siméon, y revenir toujours, s'y tremper...

    RépondreSupprimer