lundi 20 janvier 2014

Blind to the beautiful

L'extrême douceur mélancolique de ce morceau pour un lundi ?




Derek Dick aka Fish chanta dans Marillion dans les années 80 avant de partir solo. 
J'ai toujours apprécié cette voix caractérisque, son bel accent écossais, loin des insipidités lisses.

Ici, cette ballade écologique transcrit le regret profond de ne plus jamais voir la planète telle qu'elle fut après ce que nous en avons fait. 
Hymne à la nature, simple, triste et beau, je le prends et l'entends comme un constant appel à nous maintenir éveillés pour préserver ce qui peut l'être.
Peut-être.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire