mercredi 11 décembre 2013

Retour

Tout ce petit monde du billet précédent se retrouve pour rentrer en un trajet qu'ils accomplissent,  pour certains, un peu plus légers.  

Père son 
accompagné noir enfant 
poussette 
dans éclats aux rire 
fait qui
rouge blouson en chauve 
monsieur. 
  
Gauche main 
roulée concurrente 
publication la  tenant en tout 
gratuit journal 
un debout lit 
marron manteau en blonde dame.

Opaque visage siège
recroquevillée intérieur, 
monde de cocon 
dans réfugiée semble marron 
montures à lunettes 
portant fille jeune. 

Roulant fauteuil,
son de roues 
posées mains 
voisine parle baskets 
et noir survêtement 
en monsieur.

Un  vent de coup,
en descendre avant 
congénères de deux discutant 
en allure 
toute marmonne, réveillé, mal hirsute, 
noir en collégien.

Mystérieux restera inaperçu,
titre (dont genoux) plat 
tient épais livre 
replonge, montée, 
être stations trois 
s’asseoir à parvenant dame vieille.

(sic).
descend plus, toujours monte 
en arrêt chaque pointe, l’heure à secousses 
deux entre s’amusent, rame de mouvement 
ballottés septuagénaires rose, 
peints ongles dame et barbichu monsieur.

blafarde luminosité blanche 
écran sur rivés yeux 
minuscule portable, son sur tapote dos, 
sac monstrueux d’un harnaché étudiant.

Suivant l'arrêt, descend. 
Elle place spontanément,
propose une femme jeune 
quand pas s’assoit qui 
rose anorak en dame vieille. 


Ecrit avec, en tête, d'une certaine manière, des moufles.
Et la poésie de métro, donc !

8 commentaires:

  1. Le résultat est agréable à lire.

    RépondreSupprimer
  2. Des rimes sur la rame
    ce n'est pas un crime
    des rames à mes rimes
    c'est un vrai drame!
    tu t'escrimes et tu trimes
    mais qu'est-ce que tu trames?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Brillan)t !!!

      Et paul(A) épaula
      l'appel pâle,
      oh la pas l'appel,
      oh la pas la pelle,
      et paul(A) hopla
      pila
      osant laisser pôles
      appelant à la paix
      l’épée dans le plat

      Supprimer

    2. Ne manquant pas à l'appel
      du taulier et d'son sex appeal
      avec ses mots qu ici il épelle
      le passant appâté s'épata.

      le taulier est l'épié dans le plat

      plouf plouf ;-)



      Supprimer
    3. plouf sans barouf
      L'épure s'espère
      prospère
      s'aspire
      inspirée sans peur
      soupir...
      au pire elle s'perd



      Supprimer