jeudi 19 décembre 2013

Mouvant

TOUT À LA FIN DE LA NUIT


« Tout à la fin de la nuit
quand ce souffle s’est élevé
une bougie d’abord
a défailli

Avant les premiers oiseaux
qui peut encore veiller ?
Le vent le sait, qui traverse les fleuves

Cette flamme, ou larme inversée :
une obole pour le passeur »

Philippe Jaccottet, Oiseaux, fleurs et fruitsPoésie 1946-1967,

Gallimard, Collection Poésie, 1971, page 111.


4 commentaires:

  1. Ah Jacottet ! Quel plaisir de le trouver ici, ce poète délicat...

    "Ne croyez pas qu'il touche un instrument
    de cyprès et d'ivoire comme il semble :
    ce qu'il tient dans les mains
    est cette Lyre
    à laquelle Véga sert de clef bleue.

    A sa clarté,
    nous ne faisons plus d'ombre."

    Ph. Jacottet, Pensées sous les nuages, 1983

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce beau fragment, confirmant si besoin une certaine fluidité, limpidité...

      Supprimer
  2. Je connais mal ce poète; cette larme inversée ne me laisse pas le choix, le découvrir au plus vite. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette découverte devrait te valoir de bons moments, je le sens ;-)

      Supprimer