mercredi 13 novembre 2013

Incipitations

Trois circonstances décisives me reviennent à la mémoire.
Aujourd’hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.
Nous étions à l’étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent et chacun se leva comme surpris dans son travail. 
- Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme. 
Ça a débuté comme ça.
Quelle journée admirable ! J’ai passé toute la matinée étendu sur l’herbe, devant ma maison, sous l’énorme platane qui la couvre, l’abrite et l’ombrage tout entière. Je hais les voyages et les explorateurs. Longtemps, je me suis couché de bonne heure.  J'ai rêvé l'autre nuit que je retournais à Manderley.
Comme il faisait une chaleur de 33 degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.
Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. 
Le vent, tiède et endormi, poussait une brassée de feuilles contre la fenêtre.
Il y avait un homme debout contre le mur nord, à peine visible.
- Doukipudonktan, se demanda Gabriel excédé. 
Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon. La bêtise n’est pas mon fort. J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Je ne suis qu'un pauvre orphelin mais jusqu'à huit ans j'ai cru avoir une mère. Bien des années plus tard, face au peloton d'exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l'emmena faire connaissance avec la glace.
- Je cherchais un endroit tranquille où mourir. 
C'est fini.  La plage de Big Sur est vide, et je demeure couché sur le sable, à l'endroit même où je suis tombé. On oublie volontiers qu'en moyenne nous mourons sept fois plus lentement que nos chiens.

8 commentaires:

  1. Le ciel était une panse d'âne gonflée qui pendait très bas,menaçante, au dessus des têtes.
    Le soleil allait disparaître derrière les collines qui limitaient la vue à l'ouest.
    Au commencement, bien avant tout geste, toute initiative et toute volonté délibérée de voyager, le corps travaille, à la manière des métaux sous la morsure du soleil.
    Le voyage de Mercier et Camier, je peux le raconter si je veux,car j'étais avec eux tout le temps.
    C'est en regardant une plume voler dans le courant d'air que mademoiselle de Sainte-une -fois eut l'idée de monter à la chambre d'en haut.
    Elle avait toujours un bon quart d'heure d'avance, non pas vraiment par impatience, ni par trop vive envie de me voir,mais pour une simple question d'horaire.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle composition !
      Luis, Jules, Michel, Samuel, X et Serge...
      La plume m'échappe !

      Supprimer
    2. alors là, tu m'épates! surtout pour le Joncour,
      (le X c'est Louise de Vilmorin et sa mademoiselle de Saint-Unefois)

      Supprimer
    3. Jules,Michel, recherche web !
      Joncour aussi, dont j'ai lu l'idole qui m' a laissé assez froid.

      Supprimer
  2. Ooooh !! Un bouquet d'incipit (incipits ? incipitae ?) !! Quel gentille attention, et pratiquement tous ceux que je préfère... C'est vraiment un très joli cadeau, et ça lance comme un petit défi, là, je ne sais pas...
    Bravo Mr K, et franchement retrouver au milieu ce bon boulevard Bourdon et ses 33° qui ont tant baladé leur canicule à travers l'OuLiPo, c'est un régal.
    Un p'tit air de fête dans cette journée-grisaillou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si le gris est moins gris !

      Supprimer
  3. Juste une tite chose, une bricolette sur un truc aussi parfait : Doukipudonktan, me semble-t-il, avec le "n" de donk ?

    RépondreSupprimer