jeudi 7 novembre 2013

Aventureux

Les mots ne sont pas sûrs,
miroirs parmi les miroirs,
plus fragiles, plus incertains, mais

Tu vis de leur stupeur, leur frénésie,
leur chimère. En eux, dans la cage des sons,

Tu t'inscris, et tu prends quelquefois
le chemin qui les traverse
et qui n'en finit pas d'arriver.
Lionel Ray
in Comme un château défait, © Poésie/Gallimard, 2004, p.54

3 commentaires:

  1. Merci pour la découverte ! J'aimerais bcp lire - et je vais me mettre en quête de - "Le Procès de la vieille dame", éloge de la poésie du même, paru à la Différence en 2008 (source Wiki où je suis allée me documenter sur ce poète que je ne connaissais pas).
    Quelques vers qui donnent envie d'en savoir plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai également consulté ces pages-là, et d'autres, et cela m'a donné les mêmes idées de prendre cette direction.

      Supprimer
  2. Le chemin de traverse n'arrive pas, son destin est de nous maintenir à la marge.

    RépondreSupprimer