mercredi 9 octobre 2013

Zéro

Triste constat hier en début de soirée, lorsque je me suis résolu à tourner le bouton pour éteindre la radio "d'informations" dans la voiture. J'ai d'abord (en une soudaine bouffée de conscience ou de lucidité car oui ça m'arrive de rechuter) pensé que je n'aurais jamais dû l'allumer et que j'aurais mieux fait de ne pas oublier la paire de cd que j'emmène la plupart du temps...
Parce que je savais hélas à quoi m'attendre. Finalement.
Je me suis dit également en passant puisque ce fut un "sujet" qui a tenu quelques minutes (ce devait donc être un dossier de fond) : il n'y a pas que la cigarette que marine le pen devrait arrêter.
Et juste après cette info (?) il y eut un "truc". Désolé de ne pouvoir le désigner clairement, les mots m'en tombent.
Il s'agissait d'un montage extrêmement rythmé, que j'ai perçu à ce moment-là aussi bien insoutenable qu'incompréhensible, de ce qui passe pour "les meilleurs moments de l'info" ou de l'actualité, une synthèse sous forme de courts extraits ou séquences, définitivement des bribes s'apparentant à des débris.
Je vous passe les détails. Tout simplement parce que je n'en ai rien retenu, tout simplement parce qu'il ...n'y avait rien à retenir.
Et c'est là qu'un deuxième éclair m'a percuté,comme une résurgence, une espèce de lame de fond dans un moment où il était tristement et cruellement absent.
 Dans ces médias dominants, la bouillie prémâchée qu'on nous sert, extrêmement fragmentée, réduite à une espèce de twitter permanent, en quelque sorte un hymne à madame Morano bref, comment parviennent-ils à la synthétiser à moins que l'objectif ne soit d'approcher le vide. Rien, deux fois rien, trois fois  rien comme disait Raymond.

Je sais.
Je ne devrais  pas me faire de mal comme ça.

Je sais.
Où sont mes disques ?


10 commentaires:

  1. Ce qui est encore plus déprimant, c'est que ça a gagné la radio, qui a longtemps été de meilleure tenue que la boîte à images. Bref. Je crois qu'on est d'un autre temps, d'un autre monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quand même des choses bien dans certaines radios, on peut réécouter avec internet, etc... mais je préfère en définitive lire ou écouter de la musique !

      Supprimer
  2. Mais de quelle radio on parle, au fait ? Pour moi, auditrice-à-longueur-de-journée (je n'ai plus de lecteur CD, donc punie de musique), toutes les radios ne se valent pas. D'abord j'exclus toutes les radios privées. Ensuite, je jongle entre F-Cul, F-Mu, Beur-FM sur Sainté qui diffuse parfois de bonnes bandes, puis F-Inter. Je ne prends jamais France Info qui a une ligne éditoriale, me semble-t-il, comment dire : un peu libérale ? Un peu, j'sais pas... Bref je ne l'écoute pas. Je ne parle mEt puis pour entendre autre chose, de temps en temps j'écoute une radio-pirate dont au sujet de laquelle je resterai discrète. Voilôh !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas de toutes les radios, je parlais d'une et j'y arrimais allègrement toutes celles qui font dans la même soupe.
      Loin de moi de dire que toutes les radios se valent, d'ailleurs je ne l'ai même pas écrit.
      Et puis finalement, si j'y pense, au fil des années, je l'écoute de moins en moins à pas du tout. Je ne dirai pas que cela me manque !

      Supprimer
  3. Il y a encore France Culture qui tient la route… Pour ce qui concerne l'actualité et les débats

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi un rythme plus adapté : écouter, réfléchir, assimiler... Pas le même objectif !

      Supprimer
  4. Pardon pour le commentaire bégayant, et bien sûr, je n'inférais pas qu'il eût été écrit que toutes les radios, etc. Mais au fond, Mr K vous ouvrîtes un peu une boîte qui n'est pas que de Pandore : l'info, c'est bien de l'hystéro-bouillie un peu partout, même sur F-Inter, laquelle est "sauvée" par quelques émissions de très haute qualité qu'on ne trouve pas sur ses concurrentes commerciales, et qui de plus en plus d'ailleurs, font ressentir la profondeur du fossé entre les moments d'actu et les autres programmes. Et puis hier matin, entendre Pascale Clark sur F-Inter interviewer pendant vingt longues minutes la people-has been Cecilia Attias ex-Sarko, à moins que celle-ci ne soit un tout petit peu en service commandé, quel éprouvant moment. Et d'acc avec Obni pour dire que F-Cul tient la route, entre autres avec une actu moins speedée et qui fait du vrai fond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais aucun problème MH, fais comme chez toi !
      Le service public a bien baissé ma bonne dame, je n'écoute plus France Inter depuis quoi...20 ans ? Question de choix et d'horaires aussi...
      Quant à Pascale Clark. Comment adopter une posture "concernée" ou "impertinente" en étant complètement dans le système. Imposture. Argh.
      Eclat de rire général à moi tout seul tellement elle est ridicule...

      Supprimer
  5. Autrefois mon premier réflexe au réveil était d'allumer la radio sur France Info, et puis même cette radio a commencé à donné des infos de plus en plus "lights", édulcorées ou au contraire volontairement choquantes... bref, j'en ai eu marre, je n'écoute plus la radio, je lis les titres des journaux sur le net, ce n'est pas beaucoup mieux, mais si un titre m'interpelle, je peux approfondir... et puis, le matin, je peux enfin déjeuner en paix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de ça aussi chez moi, y compris déjeuner en paix !

      Supprimer