jeudi 17 octobre 2013

Rappel



Définitif.
Sans appel.

10 commentaires:

  1. Simple et efficace...
    et beau...
    Merci pour ce rappel !

    RépondreSupprimer
  2. aujourd'hui, si t'es pas "hashtagable" tu n'existes pas *...
    la révolution on veut nous faire croire qu'elle passera par l'hashtag sinon rien.
    Apple et consorts ont de beaux jours devant eux, pour les lendemains qui chantent mieux vaut redécouvrir Ferrat ...

    ( c'est mon coup de gueule du jour, désolée :-))

    *même le pape le dit
    http://www.leparisien.fr/pape-vatican/jesus-a-invente-le-tweet-d-apres-le-vatican-25-09-2013-3168735.php


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère m'ame paul(a) faut pas t'énerver comme ça, même si c'est salutaire, ce coup de courroux, non ;-)
      Par ailleurs (?), on ne m'empêchera pas de penser que le pape est un con. C'est même écrit. C'est dit.

      Supprimer
  3. Coup de courroux coucou, ay pa(u)loma...
    Oui, je sais, c'est capillotracté mais je n'ai pas pu me retenir !

    Non, Mr K, personne, personne ne vous empêchera de penser que le pape, etc. Personne. Pas moi en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oserais-je dire que j'avais tendu la perche ?
      ;-)

      Supprimer
  4. Bonjour K, je te trouve un peu dur avec le Pape, c'est la catho non pratiquante qui écrit (j'aime faire une petite prière de temps en temps dans les églises) mais merci pour cette chanson de Jean Ferrat que je ne connaissais pas. Bon samedi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trois éléments de réponse
      1. Cela peut choquer mais je me sens autorisé à m'exprimer sur le politicien qu'est ce personnage public.
      2 Pour mettre en boucle et revenir finalement au sujet implicite du billet :
      "La misère religieuse est tout à la fois l’expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses où il n'est point d'esprit. Elle est l’opium du peuple."
      Marx ne parle pas de la religion, mais de la "misère religieuse", qui est à la fois un palliatif à la misère réelle et la conséquence de la révolte contre cette misère. Autrement dit, c'est parce qu'il y a des injustices et des conditions insupportables que des hommes et des femmes croient en un au-delà meilleur, au lieu de tenter d'améliorer le monde réel.
      Le propos de Marx est en l'occurrence dirigé contre les socialistes allemands des années 1840 qui placent la lutte contre la religion comme une priorité. Marx affirme au contraire que la priorité est de se battre contre la misère réelle et non contre sa conséquence.
      Si on repositionne les choses ainsi, il me semble que le twit papal est largement renvoyé dans les cordes et que cette phrase est une belle connerie, certes pas plus pas moins que toute la com médiatique dont nous sommes inondés.
      3. Je suis totalement étranger à la ou les religions, aux pratiques et aux manifestations qui les accompagnent, cela me dépasse, je n'en comprends pas les ressorts. C'est très mystérieux.
      Ensuite, pour les pratiques personnelles, c'est du privé, chacun voit.

      Supprimer
  5. J'ai croisé cette semaine des Français qui dégringolaient le long d'une paroi et c'était même pas en rappel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une escalade qui envoie irrémédiablement toucher le fond, comme si nous marchions sur la tête.

      Supprimer