vendredi 11 octobre 2013

Montparis

J'évoquais il y a peu l'album Locomotive d'Or de Nougaro. 
Un morceau baroque, exalté, tour à tour incandescent et obscur, en fait partie qui donne le titre à ce billet et qui chante la Ville-lumière.
C'est me semble-t-il très représentatif de la quête artistique de Nougaro à l'époque, un "chant" à la fois parlé et chanté, des textes et des morceaux longs... dans lesquels ils se lancera résolument au moins jusqu'en 1977... C'est gonflé et -aussi- il va "perdre du monde" en route !
(On en reparlera !)

Ici, le texte fourmille de trouvailles, dans ce fameux "son" qui fait "sens" tel qu'en parlait le toulousain .
J'en propose ici deux versions, à vous de choisir si vous écoutez
a) les deux en commençant par Nougaro
b) les deux en commençant par Angélique Ionatos
c) aucune des deux
d) une des deux, celle de Nougaro
e) une des deux, celle de Ionatos

et le texte est ci-dessous.

Angelique Ionatos                 Claude Nougaro

A Lutèce voguant aux aurores de nacre
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière éteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre

Ton Pastis, je le bois dans tes pluies
Montparis
Ton azur, je m´y noie autour de mes nuits
Montparis
Jusque dans tes rats, tu sais que tu m´auras
Montparis
J´te promets, chiche que dans tes îles
J´vais te faire un Brésil
Parie!
L´aile de tes ponts inonde mon front
D´une encre d´esprit
Montparis
Même quand le Pont-Neuf, pauvre Ravaillac
Descend Henri IV
J´aime ta chanson sur tes cents mille scènes
Montparis
Je t´aimerai avant que j´exhale
Ma dernière halle
Parie

De mon sud suant son soleil noir,
Tu m´aspirais, Paname
Auberge étoilée où s´attablaient
Les affamés de flammes
Port étincelant, où débarquaient
Tous les marins de l´âme,
J´accourus vers toi, Paris!

Mes souliers sont en cuir de chaussette
Mes chaussette sont en laine de pieds nus
Mais c´était pour mieux déguster
Et tâter et têter
Ta peau Esie
Car, bien sûr, je cherchais les poètes
C´est-à-dire ceux qui baisent avec les nues
Et c´était ici que le grand vent de l´invention
Faisait valser les têtes
Paris

Jérusalem de l´intelligence
Doux murmure des jubilations
Je t´en prie
Oh je t´en prie, oui je t´en prie
Toi qui fus un grain de beauté du monde
Sois grain de bonté du monde
Parie
Au nom de tous ceux qui vivent
Dans le sandwich de tes rives
Ceux qui t´aiment et te salivent
Sans les mots pour qu´on l´écrive,
Les Quasimodos qui claquent
Dans tes flics et dans tes flaques
Sonneront des cloches de Tour Eiffel...

A Lutèce voguant aux aurores de nacre
Clocher, sonne là-haut la cloche des patries
A la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres
Que retentisse encore le glas gras des tueries
A la ville lumière éteinte en simulacres
Fous-nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre

Vieille dame
elle gravit
l´escalier
en hissant
son mouron
vers son île
canari...

2 commentaires:

  1. L'île canari est-elle l'île dans l'île de Terres de femmes
    http://terresdefemmes.blogs.com/photos/canari/marinca_2.html?

    RépondreSupprimer
  2. Merci paul(a), j'avais vu quelques photos sur le site et j'ai complété mon petit voyage.
    Et je vais chercher pour la question.

    RépondreSupprimer