dimanche 15 septembre 2013

Liens

1.
Les cerises.

Jean-Baptiste Clément croise l'épinette.
Pierre Mendes-France veille, tout à côté.
Régulièrement je les vois.
Leurs noms.
Je chausse mon vélo et enfourche les rues et les chemins.
Belle perpective au bout de la course que de rallier la médiathèque.
Le final n'est pas mal.
Mon parcours vers les livres se termine en arrivant par la rue Pablo Neruda.
Cela pourrait tomber plus mal, non ? Un coup d' œil sur la plaque, à chaque fois, juste avant de franchir la porte d'entrée.
Et chez vous, tiens, quelle rue accueille la bibliothèque ou la médiathèque que vous fréquentez ?


2.

Cerises, luttes, livres...

Juste avant de mourir à Santiago, emporté par un cancer, moins de quinze jours après le coup d’État, le poète communiste Pablo Neruda ajoutait quelques strophes à son autobiographie publiée sous le titre J’avoue que j’ai vécu, ainsi rédigées : « Les œuvres et les actes d’Allende, d’une valeur nationale inappréciable, exaspérèrent les ennemis de notre libération. Le symbolisme tragique de cette crise se manifeste dans le bombardement du palais du gouvernement ( …) : des pilotes chiliens attaquaient en piqué le palais qui durant deux siècles avait été le centre de la vie civile du pays. J’écris ces lignes hâtives pour mes Mémoires trois jours seulement après les faits inqualifiables qui ont emporté mon grand compagnon, le président Allende. »
(c) source Mediapart


3.
Comment ne pas ajouter ....


4.
Mise à jour 20h02 ce dimanche 
La très judicieuse suggestion de Colo dans son commentaire est en réalité indispensable. 
Et donc... 

Ici, la très belle chanson hommage de Julos Beaucarne à son  propos.

Et là, le plus simple, c'est de l'écouter. 
Victor Jara.





17 commentaires:

  1. La médiathèque que je fréquente est sise rue du Port, mais il n'y a pas plus de port au bout de la rue qu'il n'y a de paix au bout de la rue de la Paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne sommes sans doute pas au bout...de nos surprises sur la question.
      N'est-ce pas -rue du Port- une subtile invitation au voyage ?

      Supprimer

  2. la rue des allumettes, parce que située sur un ancien site de fabrication d'allumettes appartenant à la SEITA...une activité qui a succombé à l'invention des briquets et de l'allumage intégré .
    le site essaye aujourd'hui d'allumer des feux du savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vont faire un tabac ?
      Je demanderai à notre fille, tiens !

      Supprimer
  3. Ici, dans le creuset industriel de la ville-au-chaudron (pas inutile de le rappeler en ce jour de grands triomphes footballeux paraît-il !), pour rallier la B.U. qui sera ma bibli, je commence par la guerre avec la rue de la Marne, puis l'armistice avec celle du Onze Novembre et je termine rue de la Tréfilerie (non loin de la rue des Passementiers, ou de la rue de la Verrerie, ou encore celle de la Lithographie). Un beau croisement entre le savoir et l'industrie s'opère avec le carrefour Tréfilerie/Voltaire/Buffon. Merci de me rappeler que je dois aller m'inscrire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un peu de chance tu croiseras un footballeur à la bibliothèque...Ce qui est beaucoup plus sûr, c'est les bouquins !
      Et beau parcours, au fait ...

      Supprimer
    2. De toute manière je ne sors jamais sans mon polo vert (pour bien m'intégrer) ;-)

      Oubli, l'autre jour de saluer ton rappel à propos du 11 septembre. Belles lignes et références musicales accompagnant Neruda, une réussite.

      En marge de cet hommage à Allende : ne pas oublier que, dans ce continent où une vraie gauche (oui, je sais, ici on a tendance à ne plus se rappeler comment ça fait) a réussi à modifier la donne dans un certain nombre de pays, le gouvernement Allende ayant ouvert là une brèche à la fois démocratique et sociale, il reste des poches (tellement importantes qu'elles sont plus grandes que le pantalon) où l'establishment modèle nord-américain continue de manger sur le dos du peuple. Savoir qu'en Colombie par exemple, ça chauffe depuis août dernier... "Venceremos, venceremos / La Unidad Popular al poder", restent d'actualité. Mais vaincront-ils ? Se rappeler que - si discutables qu'aient pu être Lula et Chavez (mais ils ne le seront jamais autant que leurs prédécesseurs) - une grande partie de l'Amérique centrale et du sud a pu tenir la dragée haute au FMI et s'organiser pour contrer les appétits néo-coloniaux. Se rappeler qu'en Europe on pourrait essayer...

      Supprimer
    3. Merci MH.
      Les précisions sud-américaines sont bienvenues !

      Supprimer
  4. Allende, Neruda et Ferré dans un même billet : on frôle le goût parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme ça, camarade Leunamme :-)

      Supprimer
  5. Tu permets que j'y ajoute Victor Jara? 40 ans aussi...
    Je n'avais jamais entendu la force de ce texte-chanson du grand Léo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te le permets tellement que je l'ai ajouté!
      MERCI.

      Supprimer
    2. --avec Julos en plus. ¡GRACIAS!

      Supprimer
  6. Située rue du 139e Régiment d'Infanterie, elle est nommée la médiathèque communautaire François Mitterrand. Si tu y vois de l'originalité tu me le diras ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute le nom de rue avec "régiment d'infanterie" qui est plus original que Neruda, non ?
      Quant au nom, Mitterrand c'est déjà la TGB à Paris, ta tienne est peut-être plus tranquille ?

      Supprimer
    2. Bonjour K, j'espère pouvoir bientôt fréquenter la bibliothèque "Vaclav Havel" qui tarde à ouvrir (son ouverture officielle avant Nöel, enfin j'espère). Sinon je fréquente un peu la biblio "Maurice Genevoix" (plutôt orientée "jeunesse") qui se trouve dans la rue Tristan Tzara (1896-1963). Bonne journée.

      Supprimer