mercredi 11 septembre 2013

Jardins

Après l'échappée belle fin juillet à Chaumont sur Loire pour le Festival des Jardins, nous sommes restés plus près, beaucoup plus près il y a quelques jours en profitant du soleil d'un samedi après-midi, le temps d'un trajet en tram en une petite demi-heure.
Le Jardin des Plantes, le lieu dont il s'agit, près de la gare, abrite depuis plusieurs semaines quelques créations et surprises qui ne pourront que réjouir les amateurs des œuvres de littérature de jeunesse.
C'est l'occasion d'une visite très agréable dans l'idée de prolonger l'été et de prendre l'air en pleine ville avec un jardin conçu et aménagé pour qu'on n'y ressente pas vraiment l'affluence. Précieux, non ?

Mais revenons aux créations, fort réjouissantes... Une belle idée, appréciable, pour le plaisir et la surprise certes, mais aussi pour populariser l'univers à la fois onirique et loufoque de cet auteur.



 Faire vivre les poires...



 Georges, si c'est toi, où es-tu ?


Rêve-t-il à la leçon de choses de Queneau ?


Il semblerait que quelqu'un caché nous observe...

8 commentaires:

  1. Amusant. Des créations qui ne peuvent que susciter de belles histoires dans la tête des enfants...et des autres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le jeu et c'est la cas. Les gamins (et les autres !) que nous avons croisés étaient ravis.

      Supprimer
  2. Magnifique ! Mon préféré est sans conteste cet espèce de poulet vert qui bronze sur la pelouse.
    Peut-on passer sous le banc ? Je ne saisis pas bien l'échelle...
    Chaumont : un rêve pour moi, jamais réalisé... Mais sait-on jamais.
    MH / L'A.S.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poussin, oui, je l'ai envié quant à son activité ;-)
      Et le banc, oui on passe dessous aisément, je pense que l'assise n'est pas loin des 3 mètres de haut.

      Supprimer
  3. Y a pas à dire. Les jardins restent les endroits les plus agréables pour se promener, se détendre, se reposer, penser, aimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit, et on peut le dire et le redire, inlassablement.

      Supprimer
  4. Hommage à l'univers de Ponti, il me semble.

    RépondreSupprimer