vendredi 31 mai 2013

Intense

Telle est la jubilation qui m'étreint !
Les primaires de droite à paris sont vraiment primaires si ce n'est primitives.
Rudimentaire serait trop avancé pour cette bande de raclures.
Décidément, les règles, la démocratie, au PMU ils n'y arrivent pas. Et même la compétition, finalement, dont ils sont  pourtant les chantres officiels. Mais en réalité ils vendent ça aux pauvres pendant qu'eux font leur beurre libéral en piétinant copieusement décence et éthique, et la compétition ne peut se concevoir que s'ils gagnent eux, forcément, sinon ça vaut pas (écoutez-les par exemple piailler sur l'illégitimité de flanby).
Les copets, voquié, nk ...hum et consorts (oui qu'on les sorte !) une sacrée bande de putains de rustres sous-développés. Pardon, mais ça soulage.

10 commentaires:

  1. te lire fait un bien fou, et pour une fois un grand éclat de rire en écoutant France info dans les embouteillage, ils sont impayable quand même quoique... certain se font bien payer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que nos oreilles ont été exposées à la même station, et tu connais désormais l'origine de ce petit billet !

      Supprimer
  2. Bravo pour ce coup de gueule ! Et une photo pour illustrer : quartier Gorge-de-Loup à Lyon, territoire rouge s'il en fut, ancien site de la "Rhodia" (7000 ouvrier-e-s dans les années 60), aujourd'hui ateliers rasés, immeubles de bureaux poussés comme champignons, mais quartier resté très populaire, peuplé de chômeurs et de vieux retraités de l'usine. Ambiance : pauvre mais bon enfant. Au coin de la rue Louis Loucheur, le petit marché du vendredi après-midi. Assez souvent, ce coin rempli de courants d'air est occupé par deux ou trois copains du PC qui tractent face au producteur de légumes modestes (le producteur et sa production). Ici on est entre gens de mêmes préoccupations. Aujourd'hui, 17 heures : le marché est arrosé comme jamais, les étals pissent l'averse qui passe à travers les toiles de tentes mal arrimées, les parapluies font mine de se retourner, le ciel est noir. Trois types distribuent à "notre" emplacement. J'avance mais je ne les reconnais pas. Ils n'ont pas l'air très à l'aise et leurs papiers détrempés pendent au bout de leurs pognes, personne ne semble client. Je scrute la maigre foule des chalands du marché, qui semblent un peu goguenards... Ambiance bizarre. Soudain, tout s'éclaire : garé en face, un camping-car de très grand luxe, véhicule tout à fait incongru ici. Placardé sur toutes les faces du camion : "Georges Fenech" avec la trombine du bellâtre. La pluie redouble et emporte des tracts mouillés. Les 3 militants, rincés, finissent par abandonner la place, se ruent vers le camion, s'engouffrent à l'intérieur : aperçu sur un vrai QG de campagne à l'américaine avec les petits jeunes qui tiennent le navire, un bureau, un ordi, bref, une logistique de vrai gagnant... Mais tout le monde fait la gueule et Fenech, l'imper trempé, l'oeil maussade (il devait suivre l'actu en direct), rentre le marche-pied et claque la porte. De l'autre côté je leur crie "allez zou ! Du balai !". Personne ne m'entend dans la drache qui fait rage, mais ça soulage. Aussi. Fenech il ne doute de rien, de venir faire le beau ici. Un léger manque de culture historique, sans doute...

    MH / de l'Appentis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet épisode si bien retracé, on voit la scène, avec tes mots tu peux ranger ton appareil photo, surtout s'il pleut
      ;-)

      Supprimer
  3. et pis dis donc, entre nous, monsieur K, vous les connaissez vous les PF l 'égaré et les PY Burnes z"EL? ça serait -y pas pour déquiller la Castafiore tout ça?
    Cela dit j'ai souvenir d'autres primaires à gauche où les noms d'oiseaux et autres pratiques n'étaient pas ce que l'on fait de mieux dans une démocratie digne de ce nom...
    De l'usage du balai considéré comme un prélude au Grand Soir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas soulever le couvercle dans l'arrière-cuisine pour éviter les remugles !
      Et si des primaires "socialistes" ou censément de gauche avaient lieu maintenant, et dans ces conditions-là, ce seraient elles qui auraient été moquées... On peut donc pointer ces manquements ici et là dans ces "camps" présumés sans laisser supposer que taper à "droite" exonère "à gauche" ou encore que taper sur "les deux" exonère les deux car 1-1 balle au centre, lequel centre, comme chacun sait, n'existe pas ;-)
      Quelques pintes de rigolade, même si le rire est très jaune, c'est toujours bon à prendre... avant d'empoigner le balai!

      Supprimer
  4. entendu hier matin sur les zondes, la révolution c'est pour demain
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jacques-attali-alors-la-revolution-pourra-commencer-en-france_1250852.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant à Attali, comment dire... analyse finalement bateau. Et surtout pourquoi cet immense visionnaire supérieurement intelligent, cet "expert" baignant dans le système (depuis combien de temps déjà ?) nous dit-il tout ça APRES ? Que n'a-t-il fait pendant ?

      Supprimer
  5. c'est exactement ce qu'un auditeur modeste et génial lui rétorquait mettant ainsi en cause sa légitimité d'expert "es "crise...ce à quoi il lui fût répondu que tout avait été écrit dans "histoire brève de l'avenir"
    que je me propose d'explorer pour vérifier...A suivre...

    RépondreSupprimer