jeudi 21 mars 2013

printemps

Le week-end cinématographique s'est prolongé lundi et mardi, une fois n'est pas coutume.
J'ai donc, sur la lancée de NO vu vendredi soir, enchaîné lundi (en solo) et mardi (avec madame K) dans le cadre du printemps du cinéma.
Trois choix qui se sont révélés bons pour trois films très ... différents.

© Bodega films

Film fantastique sans effets spéciaux, interprété par Martina Gedeck -absolument excellente- qui arrive à déjouer le piège de la performance pour la performance. Une femme se retrouve seule -en dehors d'un chien, deux chats et une vache - et doit s'organiser après qu'elle se retrouve coupée du monde par un mur invisible.
Elle a écrit son aventure, et le film en flashback nous la montre en train d'écrire le récit. En passant c'est un bel hymne à la nature aussi, avec le rythme qu'imposent les saisons en de très belles images et du Bach en bande-son. Si ce film ne soulève pas l'enthousiasme (c'est pas le propos non plus !), il a peut-être dix minutes de trop à mon goût, en revanche il intrigue durablement avec ses questions non résolues.



Un documentaire musical qui raconte une histoire (celle du "fameux" Sugar Man de l'affiche) rien moins que très surprenante sur un musicien disparu qui n'a pas connu le succès que ses bonnes chansons semblaient appeler. Étonnant, bien mené car on se demande assez vite si tout ça est vrai ou faux, filmé un peu comme une enquête. Je n'en dirai rien de plus : allez-y pour passer un excellent moment, avec rires à la clé, une musique très agréable et quelques réflexions sur la carrière, le succès....



Après un temps de mise en place un peu long, le film -qui annonce la couleur autour du conte merveilleux- prend son rythme de croisière. On ne sera jamais surpris car les contes, tout le monde connaît, pas vrai ?
On va juste s'amuser à repérer à chaque introduction de personnage qui est le prince charmant, le méchant loup, ou encore quelques clins d'oeil et références.
Les histoires et personnages vont se croiser, on assiste à tout cela un peu passivement quand même, rien de palpitant mais c'est très bien fait, on suit sans peine pour passer un bon moment car il y a des répliques bien senties, des scènes réussies. Le filmage est assez brut, on ne peut pas dire que Jaoui ou Bacri enjolivent leur apparence à l'écran ! Le scénario, puisque c'est le parti pris, nous emmène vers une fin prévisible et plutôt heureuse en apparence, au moins provisoirement....
Il y a cependant quelques petites touches comme en arrière-plan, en sous-texte symbolique, sur les vies que mènent les uns et les autres, et cela apporte profondeur et épaisseur aux personnages.
Car les personnages, c'est la bonne pioche du film avec des acteurs qui en définitive ont la vedette et on doit dire qu'on est très bien servis, car ils sont tous excellents !

1 commentaire:

  1. Bonjour K, je vais mettre ce billet en lien. Je n'ai pas trouvé Le mur invisible trop long (même pas de 10 minutes). Il m'a donné envie de relire le roman (moi qui ne relis pas). Quant au bout du conte, j'ai passé vraiment un bon moment.

    RépondreSupprimer