dimanche 3 mars 2013

Papillons

L’ART
d’écrire des poèmes, disons,
n’est pas une histoire de réussite personnelle
cette stupéfaction
Sur le chemin du travail
deux papillons blancs
& du trèfle le long des trottoirs
de demander .
de vouloir en tirer autant .



edit du 9:03 = poème de Paul Blackburn


Bien sûr, merci  à paul(A) de m'avoir mis sur la piste.

8 commentaires:

  1. Certains -donc pas tout le monde.
    Même pas la majorité de tout le monde, au contraire.
    Et sans compter les écoles, où on est bien obligé,
    ainsi que les poètes eux mêmes,
    on n'arrivera pas à plus de deux sur mille.

    Aiment-
    mais on aime aussi le petit salé aux lentilles,
    on aime les compliments, et la couleur bleue
    on aime cette vieille écharpe,
    on aime imposer ses vues,
    on aime caresser le chien.

    La poésie -
    seulement qu'est-ce que ça peut bien être.
    Plus d'une réponse vacillante
    fût donnée à la question.
    Et moi même je ne sais pas, et je ne sais pas, et je m'y accroche
    comme à une rampe salutaire.

    Wislawa Szymborka in de la mort sans exagérer p112

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie est indispensable. J'ignore à quoi. (cocteau)

      Supprimer
  2. Joli, mais pour créer, il faut aussi avoir des choses à dire ! Ce qui semble être ton cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il faut avoir des choses à dire !!!

      Supprimer
  3. D'accord avec leunamme, pour créer il faut avoir du fond… On ne peut écrire un poème sur du vide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui obni, et sur le vide, oui aussi ;-)

      Supprimer
  4. Tous : j'ai commis une erreur en ne citant pas l'auteur, il s'agit de Paul Blackburn, ce qui explique également le merci à paul(A).

    RépondreSupprimer