mardi 12 mars 2013

Accroximatif


Et si faire partie du gros tas était une lanière de boucher le pactole, quitte à sentir le magot ?
Ne raisonnons pas au bas des pâquerettes, ne brisons pas le ridicule, nous serions bons comme l’abodmen.
Alors foin d’alpha et d’omerta, faisons tripaille, telle est notre planche de talus.
La bise en abyme ne nous fera pas avaler des couleurs. Mieux vaut ne pas débrayer la chronique, malgré notre refus des solutions clés en moins.
Quant à vous, avocats du fiable, accusez déception, dites donc pis que fendre, enfilez les merles à votre grise maintenant que nous avons baissé les draps et puisqu'il était temps de tirer sa référence, en un mot de tourner l’adage, avant de rendre larme. 

4 commentaires:

  1. Sabir a mieux demain ? ;-)
    il faut parfois savoir battre son poulpe en passant sous les fourches anodines du vain choeur wagnérien de vaches qui rient,
    mais pourquoi rient-elles?



    RépondreSupprimer
  2. Je me demande si ce procédé d'écriture porte un nom ? En tout cas c'est irrésistible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En dehors des mots tordus, je ne sais pas...

      Supprimer