mardi 23 octobre 2012

Utopie


La "Communauté" est une bd parue chez Futuropolis il y a deux ans environ, et, sous cette forme compactée, la plus récente, elle correspond au regroupement des deux tomes originaux augmentés de témoignages des acteurs de l'aventure.
Bel exemple d'une curiosité qui tient ses promesses, car j'ai emprunté le week-end dernier cet ouvrage " comme ça" et ...je ne l'ai plus lâché, les gouttes de pluie tenaces de la fin de journée de samedi m'ayant clairement signifié qu'il n'y avait pas vraiment mieux à faire.
Je l'ai vérifié en ne dételant pas des 340 pages de cette "bd /entretien/ documentaire" d'Hervé Tanquerelle, une histoire vraie proche des modes de narration d'Etienne Davodeau (voir Les ignorants).
J'ai eu la surprise de découvrir que cette épopée s'est passée près de Nantes, du côté de Chateaubriant, Hervé Tanquerelle étant lui-même nantais.
Cela se passe après mai 68, aux environs de 1972 et cela témoigne d'une expérience communautaire qui va durer environ 10 ans. Un de ses principaux acteurs -près de 40 ans après ces débuts- y revient honnêtement, lucidement. 
Il y a deux parties (tomes initiaux) avec les débuts, un enthousiasme et une dynamique incroyables, tout doit se mettre en place, il faut bâtir, s'organiser, un sommet est atteint et puis viennent les problèmes, l'évolution, des aspirations qui imperceptiblement changent, un quotidien plus difficile à partager et...la chute. 
Le témoignage se révèle précieux et passionnant, et même émouvant. Ce qui rassemble ces familles (certaines déjà constituées) c'est le travail, le projet de devenir auto-suffisant et cela n'a rien à voir avec les communautés hippies avec drogue fumette sexe, contrairement à ce que pensent les voisins, agriculteurs, du coin.
Chacun retrousse les manches, également. Pas de dogmatisme politique, une volonté de partage, des prises de décisions démocratiques (cf. la réunion du vendredi) et des contradictions assumées : avec le retour lentement mais sûrement de la société de consommation qui était clairement rejetée au départ du projet.
La résurgence des désirs plus individuels qui avaient été "tenus en laisse" par le projet collectif va effriter l'édifice, il y aura des départs, jusqu'à la fin de l'expérience aux alentours de 1983.
A aucun moment on ne nous inflige LA vérité, on ne nous dit comment penser. Cela n'élude rien de la complexité, des impasses... Cette aventure collective donne à réfléchir.
La bd de Tanquerelle est une réussite formelle également et constitue un témoignage instructif à hauteur d'homme, très pragmatique sur ce qui a rassemblé des hommes et des femmes à un moment particulier, dans un contexte précis avec des envies, des énergies, du partage.
Un très beau moment de lecture qui ouvre réflexion et discussion.

6 commentaires:

  1. Bientôt l'anniversaire de mon homme. Merci pour l'idée de cadeau :)

    Il s'est acheté récemment "Chère Patagonie" de Jorge Gonzalez qui sera une de ses lectures la semaine prochaine (pendant notre semaine de vacances).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note Chère Patagonie, chère Madleine !
      Et puis, pareil, La Communauté, on envisage sérieusement que cela puisse être un cadeau ...

      Supprimer
  2. Bon allez, je ne suis pas vraiment lecteur de BD, mais je vais me laisser tenter. Mes collègues aussi la conseillent vivement aux lecteurs. Et puis, si cela ressemble à du Davodeau ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la mouvance Davodeau, oui.
      Et puis, parlant de l'Ouest, c'est des mecs du coin !

      Supprimer
  3. Était-ce vraiment une utopie? Un projet, même s'il finit par s'émietter, ne conserve-t-il pas son fond de raison?
    Bref, le sujet ne manque pas d'intérêt et le style BD me plaît beaucoup. Voyons si j'arrive à me le faire offrir pour Noël ou "Reyes"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colo, j'ai titré ainsi au sens large, et tu le dis bien, les perspectives sont vastes quant à la discussion !

      Supprimer