vendredi 12 octobre 2012

Changeant

 

En 1974, le chant du cygne pour TRAFFIC en studio avec "When the Eagle Flies".
Superbe.  Le morceau proposé (Dream Gerrard, un peu plus de 11 minutes) plane sur l'album . 
Traffic constitue également une pièce maîtresse de ma collection de disques, 
un peu comme le représentant de la partie mélodique dans ce que j'écoute.
J'ai toujours aimé ce groupe, je le réécoute régulièrement. 
Changeant dans sa composition et dans sa direction musicale aussi (au risque de certaines impasses) 
autour du noyau stable Steve Winwood, Jim Capaldi, Chris Wood,  
tous remarquables multi-instrumentistes,
la formation a su proposer une musique unique mêlant pop rock blues jazz folk. 
Sans grand tintamarre, sans outrance démonstrative, 
(et sous l'influence de Winwood avec son goût des jam-sessions),
les compositions présentaient suffisamment de jeu, de vie 
pour être le tremplin d'improvisations qui ne pouvaient que 
convenir tôt ou tard à mes penchants jazzistiques !

6 commentaires:

  1. Très chouette en effet. Je ne connaissais pas. Merci donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. content que tu apprécies !
      Il y a toujours des pépites dans leurs albums, les premiers (Mr Fantasy, Traffic sont plutôt pop- psychédéliques) et ça change - plus d'épaisseur - à partir de John Barleycorn jusqu'à celui-ci.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Tu ne m'étonnes pas :)
      Et c'est bien ?

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas ce versant quasi prog' de Traffic, et j'aime beaucoup. Ah, le mellotron ! Merci.

    RépondreSupprimer