jeudi 30 août 2012

Nature(s)


Trop contraint par la contrainte, ou tout simplement frustré, à propos du 366 Réel du 27 août, j'ai prolongé l'expérience. Incroyable mais parfois la consigne amène du trop-plein !

Verdure, nature, un peu de bucolicosité,
par les images
que ce soit (très) proche 


 ou plus lointain ...

ou bien encore ailleurs, par le son.

Enfin, peut-être partout, par les mots de Jean Lescure ...

Ici le chemin commence à descendre
le petit jour une fois encore
le grès frôleur le grain frileux
le gris
comme les coursives assourdissantes d'un bateau vide
l'insomnie traversée
quels coteaux renaissent d'une épaule si blonde
est-ce la cendre ou la brume
dans quels jardins ou quels marais
plus bas qui m'attend
chargée de mémoire
j'aime
dans la lenteur
que la maison ce matin vienne au monde
mal dessillée mal ressuyée des songes

La Saint-Jean d'été ( recueil Drailles)



6 commentaires:

  1. K, je ne connais Jean Lescure que de nom. Me recommanderais-tu pour commencer des poèmes, essais, ou du théâtre? Ou un peu de tout? je vois qu'il a beaucoup publié...
    Excellent weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Colo : mes goûts personnels et ce que je connais vont à la poésie. Il existe pas mal de choses sur la toile qui expliquent son travail et qui me semblent précis. Je ne peux rien dire sur les autres pans de son oeuvre. Enfin, se procurer ses ouvrages est loin d'être facile, il y a beaucoup d'occasions et les prix montent vite... Bon courage.

      Supprimer
    2. Merci, je chercherai donc, ce qui m'enchante également, des poèmes sur la toile.

      Supprimer
  2. La nature toute simple et tranquille qui invite à lever le pied tout simplement, ralentir, admirer...
    Bonne journée

    RépondreSupprimer