dimanche 8 juillet 2012

9/07 --> 27/08

C'était hier, samedi 7, j'ai mené à bien ma mission, celle que j'avais prévu de remplir pour les 366 Réels selon des règles décrites dans mon billet précédent.
C'est toujours avec un amusement non dissimulé que je m'invente des contraintes, en l'occurrence des contraintes à la contrainte, histoire de me moquer copieusement de tout cela en une espèce de clin d'oeil à l'absurde et au dérisoire.
Je me suis promis d'en dire quelques mots : les voici.
Tout d'abord j'ai débordé au niveau du temps pour des raisons techniques puisque j'ai dû faire la chasse à des malfaisants qui attaquaient ma machine. Ceci posé , j'ai passé "en temps effectif réel" trois heures trente au lieu des trois prévues au départ.
Ceux d'entre vous qui liront sauront repérer les consignes qui m'ont cassé les pieds. J'en ressors à la fois content de l'avoir mené à bien, mais aussi lessivé !
J'ai joué le  jeu tel qu'indiqué mais je n'ai pas vraiment respecté la règle "une phrase par jour" qui s'est révélée trop contraignante.
Bien évidemment l'exercice tel que pratiqué me tiendra écarté de l'actualité, du pris sur le vif, ce qui me fera perdre en spontanéité mais c'est ainsi !
Enfin au plan des procédés, et c'est simplement une impression car je n'ai rien répertorié,  je pense avoir peu ou prou pioché dans ma panoplie classique, celle que les lecteurs réguliers connaissent, une boîte à outils qui m'a permis de ne pas passer du temps indéfiniment sur certains billets.

Et maintenant, j'entame ma période d'invisibilité, je me ferai discret et rare à partir de mardi 10 juillet !

5 commentaires:

  1. Une seule chose à te souhaiter : de bonnes vacances… Les contraintes ne sont intéressantes que par la créativité qu'elles suscitent… Le sur le vif sur un an devient très vite ennuyeux sauf à avoir une vie extraordinaire…

    Je suis surpris par exemple du manque d'intérêt que j'ai à lire les billets de blogueurs si créatifs par ailleurs, qui dans le cadre des 366 réels nous racontent des choses vraiment insignifiantes et ennuyeuses.

    Oui, il faut se servir de la contrainte pas la sublir… Je suis certain que Queneau aurait apprécié cela !

    RépondreSupprimer
  2. obni > Merci Obni, de bonnes vacances aussi, je pense que les tiennes vont venir bientôt maintenant !
    Quant aux Réels, "L'oulipien est un un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir..." je n'ai pas procédé autrement !
    Et cet été j'ai en lecture l'inédit de Perec : le condottière... j'en parlerai ici-même n'en doutons pas !
    à bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. sacrip'anne> merci,et ça a déjà commencé :)
      Et toi/vous aussi, le moment venu !

      Supprimer