samedi 23 juin 2012

jardin singulier

Ce samedi et ce dimanche semblent incertains au plan de la météo mais cela ne nous arrêtera pas dans notre projet musical, culturel et convivial. Ici.
Aux alentours de 18 h (et demain 16 h) nous gagnerons un jardin dans lequel se rencontreront musique et littérature. Suffisamment large et ouvert, le programme devrait permettre à chacun d'entre nous de trouver de quoi se mettre sous les neurones, les yeux, les oreilles... Deux noms (John Greaves et Fred Frith) ressortent particulièrement mais attention, là ça va jouer collectif, partage et chacun posera sa pierre...
D'autres mots et des photos, après !

2 commentaires:

  1. De Malcolm Lowry j'aime beaucoup ce sonnet:

    SONNET

    Cette ruine à présent où la lune marche seule
    Éclairant l’araignée en sa toile et la rose
    J’y fus auparavant, j’aimai chaque pierre sombre ;
    S’il y en eut aucune, des ombres je fus l’une.

    L'oreille comme à une conque, ce jour-là, je perçus
    Dans l’invisible tout massivement délettré,
    Un mot unique et vrai mais non d’éternité,
    Arraché aux étranges mutations de l’âme;

    Cette ruine, soit masure soit palais, apaisera
    A la fin ce qui fut dévasté ; conduis-y
    Le futur famélique et le passé sanglant

    Dans sa nuit. Seule la lune fera assaut des marches
    A l’escalier en ruine vers ce qui eût pu être
    pour, un temps, s’y asseoir, pauvre reine aveuglée.

    Super weekend!

    RépondreSupprimer
  2. Colo > merci, je partage ton appréciation :)

    RépondreSupprimer