mardi 15 mai 2012

Sevrage

Je suis impressionné d'avoir eu à rappeler à plusieurs reprises cette semaine, après le résultat que vous savez le 6 mai dernier, qu'il fallait arrêter d'évoquer le nom ou de parler de celui qui nous a pollués pendant 5 ans.
Oh, était-ce une telle drogue dure, un tel conditionnement ? Affolant.
Alors vite, le sevrage, très vite, le sevrage rien que le sevrage. Rayez-le des listes et des conversations. Son avenir ne nous intéresse pas ou plus.
Préférons un double mot d'ordre : oubli d'un tel personnage, et -sous peu- vive la justice.

1 commentaire:

  1. Je crois bien que celui dont on va parler pendant 10 ans lui a souhaité de bonnes vacances ce matin sur les marches de l'Elysée.

    RépondreSupprimer