jeudi 29 mars 2012

Shadows and Light

-Je t’écoute, Lucas.
-On a retrouvé le citron découpé au fond du petit verre. Pas de trace de l’instrument avec lequel il a été tranché. Le relevé d’empreintes est négatif. Les pépins ont disparu. Le grand verre était vide, pas d’empreintes non plus. Il est posé à exactement 6 cm de la coupelle qui contient les noyaux d’olives.
Les deux serviettes sont pliées différemment. Il y a sûrement une signification d’autant qu’on n’a pas retrouvé de traces de rouge à lèvres. Pour la coupelle, les deux piques pourraient indiquer l’heure, par exemple 10h05, et ce serait un moyen de nous provoquer en nous donnant un indice. Il se sent fort. Par ailleurs les deux petites piques en bois léger ont servi aussi à déguster les olives. On les a donné à expertiser au labo pour qu’il nous donne la couleur des olives.   Reste à déterminer pourquoi 4 olives ce qui me semble à la fois inquiétant et complexe, révélateur d’une pathologie à haut niveau de dangerosité. Comme s’il était capable de recommencer n’importe où n’importe quand.
-Un apéro nain qui a mal tourné ?
- ... Difficile à dire.
- On a reçu ça au courrier. Jette un oeil à la photo, ça correspond.

- Il obéirait à un rituel ?
- Le numéro derrière la photo : ce serait le 17e citron exécuté ainsi. Je me demande si on n’a pas affaire à un tueur en série. Une idée pour un profil ?
-C’est quelqu’un qui s’expose et prend des risques. Par goût. Il aime narguer. Soit il s’appuie sur une grande maturité et sophistication, soit il est indifférent – presque imprudent – par rapport aux conséquences de ses actes. Rien d’improvisé cependant, tout est calculé, au millimètre, il est donc très confiant. Et expérimenté. Et ça correspond si on en est bien au 17e citron.
- Et donc ?
- Donc, je pencherai pour un horloger-limonadier gaucher possédant un vélo et habitant Orange.

* * * 

note : billet rediffusé, initialement publié en juin 2010 dans le cadre du dyptique d'Akynou - sessions 5 sur le blog précédent. Le diptyque d'Akynou fonctionne en deux parties à chaque session : un texte de départ auquel il faut associer une photo ou un dessin et, en sens inverse, une photo pour laquelle il faut proposer un texte. Ce billet correspond au 2e cas, photo de Bladsurb.

2 commentaires:

  1. J'ai souri, et même ri de la chute/conclusion. C'est un petit luxe à choyer !

    RépondreSupprimer
  2. Anlor > voilà, j'ai réussi mon coup ! Merci !

    RépondreSupprimer