mardi 6 mars 2012

Le panier des tristesses

Le billet d'aujourd'hui est dédié à quelqu'un qui n'est plus, qui a choisi d'en finir.
Son choix. Je n'ai pas d'éléments très précis mais je sais qu'il y a plusieurs causes, je ne m'étendrai pas, ce n'est pas le lieu, pas l'objet.
L'horrible, s'il peut y avoir une graduation dans cette horreur, est que cela ne s'est pas très bien passé.
Entre son geste et sa fin, il y a eu trois jours de souffrance.

Christophe.
Merde.

Un mec comme ça ( je fais le geste du pouce levé ) avec qui j'ai bossé dans le cadre de la réussite éducative, je lui ai montré qu'on pouvait travailler avec les "chiants" de l'éducation nationale pour essayer de tirer quelques gamins de la misère noire sociale, véritable quart monde où ils se noient.
Un mec engagé, avec qui on a bossé dans le respect, la confiance, chacun à sa place, dans son champ de compétence mais dans l'échange, la réactivité, pour ces situations de gamins à la ramasse. On a même été inventifs à des moments, putain que c'était bien. 

Je suis touché, pas coulé, mais très touché.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire